Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Le jeune cinéma français au féminin

Soirée sandwich: 2 films + 1 sandwich pour 10€ (adhérents)

19h: Le derier coup de marteau

Quand Victor, 13 ans, pousse la porte de l'opéra de Montpellier, il ne connaît rien à la musique. Il ne connaît pas non plus son père venu diriger la 6ème symphonie de Mahler. Il l’observe de loin, découvre l'univers des répétitions...



21h: Fidelio, l'odyssée d'Alice

Alice, 30 ans, est marin. Elle laisse Félix, son homme, sur la terre ferme, et embarque comme mécanicienne sur un vieux cargo, le Fidelio. A bord, elle apprend qu’elle est là pour remplacer un homme qui vient de mourir et découvre que Gaël, son premier grand amour, commande le navire.

More details

Projection : Jeudi 4 Juin 2015 - 19h00 - 21h00

Le dernier coup de marteau

France -2014 -1 h 23
Réalisation : Alix Delaporte
Scénario : Alix Delaporte, Alain Le Henry
Image : Claire Mathon
avec : Romain Paul, Clotilde Hesme, Grégory Gadebois

Prix Marcello-Mastroianni du jeune acteur, Venise 2014. Meilleure interprétation féminine, Marrakech 2014. Meilleure interprétation masculine, St Jean de Luz 2014.

La famille de Victor, 13 ans, ressemble à un puzzle dont il tente, tant bien que mal, d’assembler les morceaux. Sa mère qui l’a élevé seule dans un cabanon en bord de mer est gravement malade. Quant à son père, il a toujours été absent.

Passionné de foot et repéré par un centre de formation, le jeune garçon apprend soudain qu’il doit partir s’installer chez ses grands- parents et que son père, chef d’orchestre renommé est de passage à Montpellier pour y donner un concert.

Bousculé par les nouveaux choix de vie qui s’offrent à lui, Victor décide de le rencontrer.

Sans trop savoir ce qu’il va provoquer et avec ce qu’il faut d’assurance et de détermination pour passer tous les barrages, il observe ce monde qui n’est pas le sien et regarde intensément ce grand colosse taiseux, froid et distant qui dirige les autres à la baguette.

Alix Delaporte dépeint avec délicatesse ces moments de musique partagée, l’affrontement de deux mondes qui s’apprivoisent, le père et le fils découvrant un langage commun dans une tendresse naissante.

La Symphonie N°6 de Gustav Malher devient ainsi vecteur d’initiation et de communication. L’explication du titre est dans le dernier mouvement qui se terminait originellement par trois coups de marteau, « trois coups du destin dont le 3ème fait tomber le héros comme un arbre ». Or c’est ce dernier coup que Gustav Malher a voulu supprimer pour conjurer le sort après que le destin l’eut par trois fois violemment frappé.

Alix Delaporte, elle aussi, refuse le désespoir à ses personnages pour leur faire relever la tête et continuer le combat. Con brio ma non troppo !

Sources : Positif Mars 2015 - Utopia 11 mars 2015 - Télérama 11 mars 2015 


Fidélio, l’odyssée d’Alice

France -2014 -1 h 37
Réalisation : Lucie Borleteau
Image : Simon Beaufils
Montage : Guy Lecorne
avec : Ariane Labeb (Alice), Melvil Poupaud (Gaël), Anders Danielsen Lie (Félix)

Prix d’interprétation féminine à Ariane Labeb et Label Europa cinémas, Locarno 2014

Alice, 30 ans, est mécanicienne sur un vieux cargo. Elle laisse à terre Félix, son amoureux et retrouve à bord Gaël, un ex, ainsi qu’un carnet laissé par le marin qu’elle remplace...

Lucie Borleteau nous mène, dans le bon sens du terme, en bateau. Son cargo « Fidelio » porte sans doute bien mal son nom mais supporte à merveille l’odyssée amoureuse d’Alice. Cette jeune Alice nous surprend par la simplicité de ses comportements empreints d’une grande liberté. Tout en cherchant à accéder à ce qu’elle veut être, elle prend conscience des conséquences de ses actes qui s’avèrent plus ou moins heureuses sur son entourage. Rien n’est conventionnel dans son « odyssée » qui pourrait s’intituler « La jeune femme et la mer », la mer étant ici le bain révélateur de la complexité des sentiments.

La jeune réalisatrice nous embarque vers des rivages sensuels, sensoriels, visuels sans éviter d’aborder les désirs les plus intimes et la sexualité décomplexée. Elle arrime avec force ses personnages, tous campés par des acteurs convaincants. Dans le rôle d’Alice, Ariane Labeb dévoile « son mystère, son talent, son corps longiligne et son regard profond, sa voix, et ses épaules qui ont la carrure de la femme-marin, féminine et sensuelle. » (Lucie Borleteau). Face à Alice, Melvil Poupaud, ténébreux commandant de bord et, surprise (!), Anders Danielsen Lie, que nous avions déjà croisé dans le film norvégien Oslo, 31 août. Il garde ici son accent charmeur et toute la retenue nécessaire à son rôle.

Ce premier long métrage est filmé en Scope, ce qui donne toute l’ampleur des horizons marins. Ce qui révèle aussi des prouesses de cadrage sur le bateau, personnage à part entière et décor réel du film.

Voilà bien des raisons pour monter à bord du « Fidelio » !

Texte : Jean-Luc Chemorin, La bobine, visionnage du 2 mars 2015. Sortie nationale : 24 décembre 2014