Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2016/2017 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Une seconde mère

( Que Horas Ela Volta? )

Un film de Anna Muylaert

Scénario de Anna Muylaert

Avec Regina Casé, Camila Márdila, Helena Albergaria, Antonio Abujamra, Michel Joelsas...

Brésil - 2015 - 1h52. Sortie France : 22 Août 1970

Depuis plusieurs années, Val travaille avec dévouement pour une famille aisée de Sao Paulo, devenant une seconde mère pour le fils. L’irruption de Jessica, sa fille qu’elle n’a pas pu élever, va bouleverser le quotidien tranquille de la maisonnée…

More details

Projection : Lundi 6 Juillet 2015 - 19h30

Prix du public et prix des salles Art et Essais, Berlin 2015 - Prix d'interprétation à Régina Case, Sundance 2015 - Grand prix, Valanciennes 2015

Depuis plusieurs années, Val travaille avec dévouement pour une famille aisée de Sao Paulo, devenant une seconde mère pour le fils. Mais quand sa fille, jeune femme débrouillarde qu’elle n’a pas pu élever, vient séjourner à ses côtés afin de poursuivre ses études, la hiérarchie bien ordonnée de la villa s’en trouve perturbée. Deux générations de femmes aux origines humbles s’opposent : la mère, domestique modèle, respecte les normes anciennes et reste à sa modeste place et sa fille Jessica, déterminée et volontaire, réclame son dû et n’ accepte pas de voir sa mère traitée comme une citoyenne de seconde classe.

À la fois huis clos estival, réflexion sur l’éducation et déclaration d’amour à la jeunesse brésilienne, cette habile remise en cause des mécanismes d’asservissement se vit aussi comme un savoureux récit plein de rebondissements qui doit beaucoup à son actrice Regina Casé, ( vue dans le film La vie peu ordinaire de donna Linhares ), mémorable ici en nounou généreuse qui a trop longtemps passé ses envies sous silence.

« J’ai commencé à écrire le scénario il y a plus de 20 ans. Je venais d’avoir un bébé et je prenais tout juste conscience de ce que voulait dire « élever un enfant ». Je réalisais alors à quel point cela était déprécié dans la culture brésilienne. Autour de moi, du moins dans le monde dans lequel j’évoluais, les gens préféraient le plus souvent confier leur enfant à une nounou qu’ils installaient chez eux, plutôt que de s’en occuper eux-mêmes. Or ces nounous avaient elles-mêmes des enfants qu’elles avaient dû confier à quelqu’un d’autre afin de pouvoir s’acquitter de leur travail et s’intégrer dans un tel dispositif. Ce paradoxe social m’est apparu comme l’un des plus frappants au Brésil car ce sont toujours les enfants qui en sont les grands perdants tant du côté des patrons que de celui des nounous. En fait, il y a un problème majeur dans le fondement même de notre société : l’éducation peut-elle réellement exister sans affection ? Peut-elle s’acheter ? Et, si oui, à quel prix ? » Anna Muylaert.

Source : dossier presse : mementohttp://distribution.memento-films.com/film/infos/66