Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

The assassin

( Nie yin niang )

Un film de Hsiao-Hsien Hou

Scénario de Cheng Ah , T'ien-wen Chu

Avec Chen Chang, Qi Shu, Yun Zhou...

Taïwan - 2015 - 1h45. Sortie France : 9 Mars 2016

Chine, IX siècle. Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil.  Son éducation a été confiée à une nonne qui l’a initiée dans le plus grand secret aux arts martiaux. Véritable justicière, sa mission est d'éliminer les tyrans.

More details

Projection : Lundi 4 Avril 2016 - 19h00 - 21h00

Prix de la mise en scène - Cannes 2015

Chine, IX siècle. Nie yin niang revient dans sa famille après des années d’exil. Eduquée par une nonne qui l’a initiée aux arts martiaux, elle est devenue une véritable justicière dont la mission est d’éliminer les tyrans. Un jour, cependant, elle va devoir choisir : sacrifier l’homme qu’elle aime ou rompre avec « l’ordre des Assassins ».

Il faut tout d’abord dissiper un malentendu. Si The Assassin est un film d’arts martiaux, ce n’est pas un Tigre et dragon 2 pour autant. Il s’agit d’abord et avant tout d’un film de Hou Hsiao-hsien, réalisateur mythique dont on attendait un nouveau long métrage depuis des années.

The Assassin est un film lent mais, pour qui sait regarder, il n’a aucun temps mort.
Bien sûr, l’intrigue est complexe et l’on peine parfois à suivre les personnages. Cela nuit quelque peu à la qualité
émotionnelle du spectacle mais le film réussit à opérer une syn- thèse entre l’agilité chorégraphiée d’assauts vengeurs et le temps long des plans-séquences, conjuguant le fracas et le silence, la brusquerie du crime et la lenteur de la méditation.

Chaque scène, chaque plan affole par son apparente simplicité et par l’incompréhensible mystère dont il tire sa force. Il n’y a pas d’effets de montage, mais une confiance absolue en la mise en scène, en la composition du plan, en sa profondeur, au travail sur la lumière.

Comme toujours, la beauté n’est pas vaine chez Hou Hsiao- hsien : elle incarne la pureté du conte moral, sa simplicité minimaliste comme son ampleur universelle et il y a quelque chose de voluptueux à se glisser dans une fiction dont on se prend à désirer qu’elle ne s’arrête jamais.

Film d’un esthétisme stupéfiant, The Assassin est sidérant de grâce et nous transporte dans une sorte de présent immé- morial. Il nous rend admiratif devant ce cinéaste unique et emblématique.

Sources : Filmdeculte.com, Critikat.com, Libération (22 mai 2015), Le Monde (22 mai 2015).