Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2016/2017 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Dernières nouvelles du cosmos

EN PRESENCE DE LA REALISATRICE ET DE ROXANE ARNOLD, PYRAMIDE DISTRIBUTION

Un film de Julie Bertuccelli

Avec Hélène 'Babouillec' Nicolas, Véronique Truffert, Pierre Meunier…

France - 2016 - 1h24. Sortie France : 9 Novembre 2016

C’est l’histoire d’une rencontre entre Hélène, reconnue dès l’enfance comme autiste très déficitaire, sa mère et Julie Bertuccelli, une de ces rencontres hors normes, qui pulvérisent les a priori et redonnent le goût de l’humain dans ce qu’il a de plus surprenant. Hélène nous questionne sur la puissance du cerveau et les limites de l’être social. Ce film n’est pas un long métrage sur le handicap, c’est un documentaire sur la création, sur les relations humaines et.... sur le cosmos. Une grande leçon d’humanité filmée avec délicatesse et optimisme. 

More details

Projection : Lundi 16 Janvier 2017 - 19h30

Dernières nouvelles du cosmos

France - 2016 - 1h25
Réalisation, image et son : Julie Bertuccelli,
avec : Hélène Nicolas ( Babouillec), Véronique Truffert ( sa mère), Pierre Meunier,

Hélène Nicolas, jeune femme autiste de trente ans, est un merveilleux ovni. Ceinte d’une bouée bleue, au beau milieu de la forêt, elle apparaît d’abord comme un être surréaliste et mutique, une éternelle enfant s’amusant à faire crisser sa bouée ou à piquer une chaise à son interlocuteur, faute d’autre communication possible. Mais le mystère d’Hélène s’épaissit un peu plus lorsqu’on découvre qu’elle est aussi « Babouillec », signant de brillants textes poétiques mis en scène par Pierre Meunier dans un spectacle présenté au festival d’Avignon en 2015.

Placée dès l’enfance dans une institution, Hélène restait enfermée dans son mutisme. Et puis un jour, sa mère, Véronique, a décidé de ne plus supporter cette mise à l’écart. A l’âge de 14 ans elle l’a guidée pas à pas, cherchant tous les moyens pour stimuler son intellect, jusqu’à la découverte de sa capacité à apprendre et à s’exprimer au moyen de petits carrés de papier plastifié, répartis dans une boite en bois comme dans les vieilles imprimeries. A ,B,C... autant de clefs qui vont, grâce au long travail d’un amour obstiné, finir par révéler l’intelligence pétillante d’une poétesse pleine d’humour, de gaité et de bienveillance.

« Ça fait des étincelles dans ma boîte à penser » : Hélène a désormais trouvé une voie pour sa parole, enfin elle est capable de toucher les autres.

Avec sa caméra, Julie Bertuccelli cherche perpétuellement la bonne distance face à son modèle, tel un visiteur devant un tableau ou une sculpture, tournant autour pour en capter les finesses, les lignes de failles. Elle l’appréhende dans sa totalité, jusqu’au moment sacré de la création, cette étincelle faisant de Babouillec une sorte de chaman égaré dans un monde qui, à son contact, redécouvre la magie.

Pour la réalisatrice : « Ce parcours exemplaire nous interpelle dans notre rapport à la différence, à notre façon de juger les autres, L’autisme n’est pas un handicap mais une autre manière d’être au monde, une perception et une intelligence humaine particulières et uniques ».

Sources : Sofilm, Télérama, Positif Novembre 2016 


Les invitées

Julie Bertuccelli: Auteur, réalisatrice, productrice

Julie Bertuccelli débute sa carrière comme assistante à la réalisation de René Féret, Bertrand Tavernier, Rithy Panh, Krysztof Kieslowski, Otar Iosseliani, Emmanuel Finkiel et Jean-Louis Bertuccelli (son père).

Puis elle réalise plusieurs documentaires pour la télévision : Un métier comme un autre, La fabrique des juges, Le mystère Glasberg...

Son premier long-métrage de fiction, Depuis qu’Otar est parti remporte le Grand Prix de la Semaine internationale de la critique à Cannes en 2003 et le César de la meilleure première œuvre de fiction.

En 2010 elle choisit Charlotte Gainsbourg dans le rôle principal de son film L’Arbre. En 2014 son documentaire La cour de Babel est projeté à La bobine en présence du producteur Johan Broutin et de deux « élèves acteurs » Andromeda et Eduardo.

Première femme à présider la Scam (Société civile des auteurs multimedia) en 2013, Julie Bertuccelli co-préside aujourd’hui la Société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs (L’Arp). 


Roxane Arnold: Directrice de la programmation chez Pyramide distribution

Roxane Arnold passe son enfance et son adolescence dans les salles de cinéma, seul endroit où elle se sent parfaitement heureuse. Après ses études à Sciences Po Paris, elle entre à la Fémis (filière distribution-exploitation). Elle fait son stage de fin d’études chez MK2. Elle y reste et se voit confier la direction du MK2 Quai de Loire au bord du bassin de la Villette à Paris. Après 3 années passées dans ce lieu qu’elle qualifie sans hésiter de « plus beau cinéma du monde », elle chercher à être au plus près des films et prend la tête de la programmation chez Pyramide Distribution. C’est à ce titre que Roxane est venue à La bobine présenter le film israélien Les Méduses, caméra d’or à Cannes en 2007. 

Annexe:

LETTRE DE BABOUILLEC À JULIE BERTUCCELLI, APRÈS LA VISION DU FILM

AVEC LE RECUL MON ŒIL A RETROUVÉ SON SENS CRITIQUE. LA BEAUTÉ QUE DÉGAGE L’IMAGE NOUS OFFRE
LA POSSIBLE INTERROGATION DE L’ÉMOTION.
RIRE OU PLEURER FACE À CE MONDE D’UN AILLEURS.
VRAI SUJET DE SOCIÉTÉ, PARLER DE L’AUTISME PEUT DÉRANGER. A TRAVERS TON FILM JULIE, J’APPARAIS COMME UNE PERSONNE HORS CIRCUIT QUI AVEC SA BOITE DE LETTRES COMPOSE
UN LANGAGE D’UNE AUTRE APPARTENANCE
ET LES MONDES SE REJOIGNENT.
AVEC PLAISIR JE M’OBSERVE DANS TON ŒIL GOGUENARD HABITÉ PAR L’AMOUR DE LA LUMIÈRE DIRECTE, FLUIDE, EMBELLISSANT LES CONTOURS POÉTIQUES DU RÉEL. ABRACADABRA ET SAPERLIPOPETTE, J’ADORE CE MAGIQUE INSTANT DE L’ÉTERNITÉ DANS LEQUEL, LE REGARD, L’ÉMOTION, LE CORPS TOUT ENTIER S’IMMOBILISENT.
JE CROIS QUE CETTE ÉTRANGE ALCHIMIE DE L’INSTANT POUR L’ÉTERNITÉ M’ENSEIGNE LA CONFIANCE DANS L’EXISTENCE D’ÊTRE QUELQU’UN QUELQUE PART
DANS UN ESPACE DE PARTAGE.
ALORS MERCI JULIE D’AVOIR EMBARQUÉ AVEC MOI DANS CE MONDE D’UN AILLEURS QUE TU APPELLES
« DES NOUVELLES DU COSMOS ».

AVEC MA TVA (TOUT VIVRE AMOUR) Babouillec Sp