Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2016/2017 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Les fleurs bleues

( Powidoki )

Un film de Andrzej Wajda

Scénario de Andrzej Wajda, Andrzej Mularczyk

Avec Boguslaw Linda, Aleksandra Justa, Bronislawa Zamachowska...

Pologne - 2017 - 1h38. Sortie France : 22 Février 2017

Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Wladyslaw Strzeminski, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Lodz. Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis. Car, contrairement à la plupart des autres artistes, Strzemiński ne veut pas se conformer aux exigences du Parti et notamment à l’esthétique du « réalisme socialiste ». Expulsé de l'université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l’acharnement des autorités qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres.

More details

Projection : Lundi 3 Juillet 2017 - 19h00 - 21h00

Dans la Pologne d’après-guerre, le Parti Communiste au pouvoir a sa propre définition de l’art. Le peintre Wladyslaw Strzeminski, figure majeure de l’avant-garde et du Constructivisme, n’adhère pas au concept du « Réalisme Socialiste ». Sans être farouchement opposé au régime, il veut pouvoir pratiquer son art comme il l’entend.
Les autorités ne supportent pas son attitude et se mettent à le persécuter.Il est radié du syndicat des artistes et licencié de l’ École Nationale Supérieure des Arts Plastiques de Lódz, où il est pourtant un professeur très respecté. De plus, ses oeuvres sont détruites systématiquement par les autorités...
Wajda, cinéaste qui succomba souvent à la tentation académique, animal politique qui en remontra aux autorités post-staliniennes, a choisi de faire ses adieux en mettant en scène la lutte d’un homme seul et cette décision produit un film profondément émouvant.
Comme toujours chez le réalisateur polonais, l’histoire de son pays est en jeu (ici, la stalinisation du pays après l’instauration du parti unique). Mais, plutôt que de tirer de grandes leçons comme il l’a fait dans le passé, Wajda préfère épurer son propos pour le réduire à la seule  opposition entre le principe mortifère de l’uniformisation et la force vitale de la création.
Les fleurs bleues est aussi un film à l’usage de notre temps. En Pologne, le régime conservateur du Parti Droit et Justice, PIS, s’en est pris à la liberté de création. Si ces attaques n’ont rien de commun avec la violence des mesures staliniennes, la pulsion est la même. Andrzej Wajda dont les représentants du PIS au conseil municipal de Gdansk avaient refusé qu’il soit fait citoyen d’honneur de la ville, laisse ainsi, avec un très beau dernier film, un avertissement nourri de décennies d’expérience.

 

Sources : La Croix 21février 2017. Le Monde et Télérama 22 février 2017.