Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Les mauvaises herbes

Un film de Louis Bélanger

Scénario de Louis Bélanger, Alexis Martin

Avec Alexis Martin, Gilles Renaud, Emmanuelle Lussier Martinez...

Québec - 2017 - 1h47. Sortie France : 5 Avril 2017

Jacques, comédien de théâtre, a accumulé une lourde dette auprès de Patenaude, un mafieux de Montréal. Poursuivi par ce dernier, il fuit précipitamment les lieux et se retrouve, en plein hiver, sur les terres de Simon, un ermite un tantinet illégal qui cultive du cannabis dans sa grange.

More details

Projection : Jeudi 6 Juillet 2017 - 19h30

Valois du public et du scénario - Angoulême 2016

Autant vous le dire tout de suite : la belle saison n’est pas au rendez-vous dans ce film !
Nous sommes à Montréal, au coeur de l’hiver, avec neige abondante et température glaciale. Un comédien de théâtre, Jacques Sauvageau, quinquagénaire un peu usé, termine sa prestation sur scène et se précipite au bistrot pour retrouver sa machine à sous. Encore vêtu en petit marquis, veste de brocart et talons hauts, il active le bras du bandit manchot quand un individu à la mine patibulaire l’aborde et le poursuit arme à la main. Notre comédien n’a d’autre choix que de prendre le premier bus pour nulle part, toujours affublé de son costume de scène…
Puis le voici sur une route enneigée en rase campagne, embarqué en motoneige par un fermier septuagénaire étonné de rencontrer ce « bonhomme carnaval ». Jacques se réchauffe chez le vieux Simon, mais tout se complique quand le fermier taciturne s’avère être le  cultivateur d’un produit à haute valeur ajoutée : du « pot », c’est-à-dire de la beuh, de la granja, du weed, enfin quoi , de l’herbe…Le marquis de Montréal et son hôte se mettent à jardiner ensemble. Puis une fille débarque. Du sexe ? Oui mais pas comme on croit. Tabernouche ! La vie est dure.
Le réalisateur de cette Fantasia chez les ploucs, a capté l’esprit d’ Antoine Blondin : il pratique l’ellipse avec grâce et Dieu merci, nous épargne les explications. Du coup, le film trouve un tempo sympathique. L’ambiance enneigée et l’humour décalé créent un climat chaleureux nourri par le regard tendre que porte Louis Bélanger sur ces trois êtres un peu à côté des normes convenues et des rôles attendus. Ils vont se compléter, former une « famille » joyeusement dysfonctionnelle et trouver dans cette expérience un nouveau rebond à leurs vies encalminées !


Sources : : Le Monde 5 avril 2017, L’Obs 6 avril 2017, Utopia avril 201