Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc

Un film de Bruno Dumont

Scénario de Bruno Dumont, d'après Charles Peguy

Avec Lise Leplat Prudhomme, Jeanne Voisin, Lucile Gauthier ...

France - 2017-09-06 - 1h45. Sortie France : 25 Septembre 2017

Domrémy, 1425. Jeannette n’est pas encore Jeanne d’Arc, mais à 8 ans elle veut déjà bouter les anglais hors du royaume de France. Inspirée du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc (1910) et de Jeanne d’Arc (1897) de Charles Péguy, la Jeannette de Bruno Dumont revisite les jeunes années d’une future sainte sous forme d’un film musical à la BO électro-pop-rock signée Gautier Serre, alias Igorrr et aux chorégraphies signées Philippe Decouflé.

More details

Projection : Lundi 25 Septembre 2017 - 19h30

Tourné dans les Hauts de France , avec des acteurs non professionnels sélectionnés dans les environs, Jeannette, l’enfance de Jeanne D’Arc se compose de deux parties - l’enfance et l’adolescence de Jeanne. Adapté de deux textes de Charles Péguy - Jeanne D’Arc, pièce de théâtre qu’il a écrite à l’âge de 24 ans, et Le Mystère de la charité de Jeanne D’Arc texte rédigé en 1910 alors qu’il avait 37 ans - ce film de Bruno Dumont a la volonté d’organiser la rencontre entre des éléments totalement hétérogènes et a priori discordants : le lyrisme de Péguy, la chorégraphie de Philippe Découflé et la musique du compositeur Igorrr.
Déclamation, chorégraphie, musique électro-métal , tout ceci se retrouve donc dans une sorte de comédie musicale où une jeune fille de 8 ans, puis une seconde de 12 ans, déclament de la prose poétique, parfois dite, parfois chantée, toujours enregistrée en son direct, avec pour handicap supplémentaire l’obligation de danser pieds nus dans le sable ou dans l’eau.
Le texte repose sur la déploration d’une enfant, puis d’une adolescente, face à un monde frappé par l’injustice, par le silence obstiné de Dieu et par une haine de l’envahisseur anglais affamant la population des villes qu’il assiège. C’est parce qu’elle ne comprend rien à ce Dieu et à son silence assourdissant qu’elle doit d’autant plus brailler, secouer la tête, faire des pirouettes, élucubrer sur la nécessaire délivrance de la France et la rédemption, vastes projets que les moutons ponctuent de bêlements goguenards ! Ainsi Jeanne l’obsédée batifole, donnant tour à tour la réplique à son amie Hermiette, à des nonnes jumelles et surtout à son oncle qui multiplie conseils et mises en garde dans un style happé et slammé, ponctué de moulinets et de danses de robot.
Entrechoc des styles, anachronismes, effets spéciaux rustiques et souvent kitsch, on assiste à un joyeux dérèglement où une jeune fille tourne en rond dans l’attente de son destin, une petite bergère, une fillette du peuple touchée par la misère du monde et en même temps capable de grimper au ciel . « L’être humain c’est cela », ponctue Bruno Dumont.

 

Sources : le Monde .fr. Libération 22/05/2017. Télérama 26/08/2017.