Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Faute d'amour

( Nelyubov )

Un film de Andrey Zvyagintsev

Scénario de Andrey Zvyagintsev, Oleg Negin

Avec Maryana Spivak, Yanina Hope, Aleksey Rozin ...

Russie - 2017 - 2h07. Sortie France : 20 Septembre 2017

Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser... Aucun des deux ne semble avoir d'intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu'à ce qu'il disparaisse.

More details

Projection : Jeudi 12 Octobre 2017 - 18h30 - 21h00

Prix du Jury, Cannes 2017.

Depuis Le retour (2003), Le bannissement (2007), Elena (2011), Léviathan (2015), tous les films du cinéaste Andreï Zviaguintsev ont pour cadre le cercle familial. Faute d’amour en est encore un exemple et témoigne de la lucidité du cinéaste, par son regard sans concession sur le présent et son point de vue peu rassurant sur la nature humaine. La famille, dont la désintégration est toujours le symbole d’un  dysfonctionnement plus ample, est à nouveau au centre de ce récit qui commence dans l’âpre banalité d’un divorce.
Boris et Genia n’ont plus rien en commun, excepté un appartement qu’ils cherchent à vendre afin de retrouver chacun leur pleine et entière liberté et vivre la nouvelle vie qui s’amorce pour chacun d’eux. Mais, dans cette vie, il n’y a pas de place pour leur fils unique Aliocha, et s’ils se disputent, ce n’est pas pour savoir qui le gardera mais plutôt qui ne le gardera pas... Celui-ci sent bien qu’il est un poids encombrant dans cette course folle des adultes vers le mirage d’un nouveau départ, ce qui, dans un seul plan inoubliable et glaçant, lui est confirmé. Le transparent Aliocha partira alors en courant à l’école, on ne le reverra plus... La police et un groupe de bénévoles partent à sa recherche, dans son quartier d’abord, puis plus loin dans la forêt environnante parsemée de bâtiments à l’abandon.

Cette tragédie se déroule dans le cadre d’une Russie contemporaine rendue frénétique par la poursuite de la réussite matérielle, et le cinéaste dresse le portrait d’une société égoïste et narcissique, indifférente au monde qui l’entoure. Dans ce monde sans amour et sans spiritualité, ce sont les enfants qui trinquent, ballottés et exposés au grand fracas du désamour.

Faute d’amour est l’histoire d’une quête, celle d’un enfant perdu et d’une humanité délaissée. La mise en scène somptueuse de Zviaguintsev
est tout entière dédiée à cette recherche.

 

Sources : Positif septembre 2017. Télérama 20 septembre 2017