Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

La Colombie en courts métrages

Une sélection de sept courts métrages. En présence de Jaime SALAZAR, musicien et professeur au Conservatoire du Grand Chalon

LES COURTS METRAGES PRESENTES (VOST – durée totale : 115 minutes)
Ces courts (cinq fictions, un documentaire, un film d’animation) tentent de montrer la Colombie dans toute sa diversité. La violence, la mort, la drogue, la religion sont, certes, omniprésentes dans ce pays mais, paradoxalement et à contre-courant des clichés véhiculés en Europe, l’humour, la poésie et l’optimiste ne sont jamais très loin.

 

En partenariat avec le Conservatoire du Grand Chalon dans le cadre de l’année France-Colombie et à l’occasion du Temps Fort Musiques Hybrides

More details

Projection : Lundi 16 Octobre 2017 - 19h30

Wuejia Nyi (El Camino del Viento)

de Diana Marcela Torres Llanten - 2013 – 13 min.

2014 Meilleur documentaire au Festival de Cine Corto de Popayán - Prix du public au Festival Espaces Latinos, Lyon

Tous les matins, Erika, cinq ans, et son frère Jhon Anderson, neuf ans, se lèvent avant l’aube, déjeunent, puis prennent le chemin de l’école, à travers les montagnes, où soufflent des vents forts. Le chemin est long et pas toujours facile, mais la petite fille et le garçonnet sont libres comme l’air pendant cette parenthèse quotidienne, où la beauté des paysages contraste avec de conditions de vie précaires.

El Edén
de Andres Ramirez Pulido - 2016 – 19 min.

Sélection officielle, Festival International du Film de Carthagène 2016 (Colombie) - Sélection officielle, Festival de Berlin 2016 (Allemagne)
Des jeux frisant parfois l’ingénuité, parfois le vandalisme, entraînent deux adolescents à faire irruption dans l’Edén, une station thermale perdue au milieu d’une végétation épaisse. Qui a bien pu être chassé de ce lieu et quels secrets s’y cachent ? Un court profondément dérangeant. Son dernier court Damiana a été sélectionné à Cannes cette année.

Esto es un revolver
de Pablo Gonzàles - 2010 – 21 min

Grand prix du court métrage, Festival international de Carthagène, 2011
Alex et son frère aîné, Victor, vivent à Bogota, avec leur père handicapé. Victor est un trafiquant qui détourne du matériel de haute technologie pour El Jefe, un caïd local. Pour prouver qu’il a autant de courage que son aîné, Alex va commettre un acte qui va transformer leurs vies en tragédie. Un mini-polar dramatique et violent.

 

Los Retratos ( Portraits )

de Ivan D. Gaona - 2012 – 14 min.

 

Ce film a été sélectionné dans 92 festivals et a obtenu 19 récompenses entre 2012 et 2014.

C’est le jour du marché et Paulina, du haut de son grand âge, n’a qu’un seul désir : pouvoir préparer un poulet à la créole à son époux.

Or, elle n’a pas assez d’argent. Elle mise son maigre pécule sur un poulet et reçoit comme cadeau un Polaroïd dont…. elle ne sait pas se servir . 14 minutes de poésie et de tendresse dans un monde de misère. Jeune cinéaste de 37 ans, Ivan D.Gaona, a présenté en 2016.
Son premier long-métrage, Pariente a été sélectionné aux Venice days.

 

Lupus
de Carlos Gomez Salamanca - 2016 – 9 min.

A la façon d’un collage, ce film d’animation raconte un accident tragique, survenu en 2011, sur un chantier dans un quartier défavorisé à la périphérie de Bogotá. Une meute affamée de chiens errants s’attaque à un veilleur de nuit censé protéger le site contre les voleurs. Avec habileté, le réalisateur combine des images de la tragédie avec des dessins 3D du projet de construction, des discours politiques et des images d’un documentaire sur les loups. Il a photographié des écrans de son téléviseur et des images vidéo de caméras de surveillance avant de les peindre. Cet esthétisme particulier donne à son film toute sa dimension sociale et politique. Le résultat est aussi saisissant qu’angoissant.

 

Como la primera vez ( Comme la première fois )

de Yennifer Uribe Alzate - 2016 – 25 min.

Rosa vit avec son époux et son fils. Mais elle ressent un profond mal-être. Un jour, elle s’offre une manucure au salon de beauté de sa
voisine Dalia. Une amitié nait entre les deux femmes qui va donner un sens nouveau à sa vie quotidienne. Ce court est la toute première réalisation de Yennifer Uribe Alzate, qui évoque son film dans les termes suivants : « Je voulais que Rosa comprenne qu’elle a une intimité qui lui appartient, et qu’elle n’a jamais explorée, indépendamment de son mari, de son fils, de ses tâches ménagères et de son environnement quotidien. Qu’elle en prenne conscience et qu’elle l’apprivoise. Ainsi, Rosa peut ressentir de l’amour, du désir, ou explorer de nouvelles formes de sexualité, mais toujours dans le but d’une meilleure connaissance d’elle-même. Cette émancipation permet à Rosa de défier son destin et son quotidien à travers son intimité. »