Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Les filles d'Avril

( Las hijas de Abril )

Un film de Michel Franco

Scénario de Michel Franco

Avec Emma Suárez, Ana Valeria Becerril, Enrique Arrizon ...

Mexique - 2017 - 1h43. Sortie France : 2 Août 2017

Valeria est enceinte, et amoureuse. A seulement 17 ans, elle a décidé avec son petit ami de garder l'enfant. Très vite dépassée par ses nouvelles responsabilités, elle appelle à l'aide sa mère Avril, installée loin d'elle et de sa sœur. À son arrivée, Avril prend les choses en mains, et remplace progressivement sa fille dans son quotidien... Jusqu'à franchir la limite. 

More details

Projection : Lundi 20 Novembre 2017 - 19h00 - 21h00

Prix du jury, Un Certain regard, Cannes 2017

Le réalisateur mexicain de 38 ans, Michel Franco est capable du meilleur ( le très remarqué Después de Lucia, sur une ado harcelée à l’école) comme du pire ( le très contesté Chronic, à propos d’un aide-soignant handicapé des sentiments). Avec Les filles d’Avril, il est cette fois au mieux de sa forme, ce qui veut dire, chez lui, un art consommé du malaise doublé d’une montée en puissance anxiogène.
Le film commence ainsi sur un mode sereinement naturaliste, à travers Valeria, 17 ans, enceinte et heureuse de l’être, qui s’est réfugiée avec son petit ami chez sa grande soeur, dans une maison au bord de la mer. Et puis débarque Avril, future grand-mère, de prime abord tolérante et serviable mais qui, après la naissance, se révèle très interventionniste, voire toxique. Pathologiquement toxique.

Michel Franco n’a pas son pareil pour choquer et toucher. A travers cette histoire aberrante, il explore de manière inédite le rapport mère-fille, l’instinct maternel dans ce qu’il peut cacher d’égoïsme. Avril est un monstre, bien sûr, mais rendu très humain, en partie grâce à Emma Suàrez qui donne une belle intensité à son rôle de femme s’enivrant de sa jeunesse retrouvée.
L’originalité du film consiste à épouser les trois points de vue féminins de ce quatuor où seul l’homme frappe par sa passivité. Dans ce tableau de famille déviant, chacun, fort ou faible, fait tout pour se faire aimer et ne pas être seul. C’est ce cheminement vers la névrose et la perfidie qui fait du scénario, une proposition cinématographique intéressante.
Le regard du cinéaste est froid et distancié. Le décalage permanent entre l’émotion qui naît du récit et la tension qui naît de la mise en scène, crée un mélange passionnant, car imprévi-sible. Avec Les filles d’Avril, sans renier son esthétique très directele réalisateur attendrit un peu son cinéma et signe son film le plus mûr et le moins cruel de tous.


Sources : L’Express, les Inrocks, Télérama, Libération, 2 août 2017