Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Il figlio, Manuel

( Manuel )

Un film de Dario Albertini

Scénario de Dario Albertini, Simone Ranucci

Avec Andrea Lattanzi, Francesca Antonelli, Giulia Gorietti ...

Italie - 2018 - 1h35. Sortie France : 7 Mars 2018

Manuel vient d’avoir 18 ans. Il est temps pour lui de quitter le foyer pour jeunes dans lequel il a vécu ces dernières années, depuis l’incarcération de sa mère. Mais la liberté retrouvée a un goût amer. Pour que sa mère obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur elle. L’attachant portrait d’un jeune homme combatif et une proposition séduisante de renouvellement du néoréalisme italien. 

More details

Projection : Jeudi 3 Mai 2018 - 19h00 - 21h00

Prix du meilleur acteur, Angers 2018. Antigone d’or, prix de la critique, Cinémed Montpellier 2017

A 18 ans Manuel quitte le foyer de jeunes dans lequel il a vécu. Il regagne son quartier de Rome sans retrouver sa mère qui purge une peine carcérale. Il ne pense alors qu’à une seule chose : aider cette dernière à obtenir une liberté conditionnelle.

Le cinéma italien, annoncions-nous dans La newsbobine de janvier 2018, poursuit la prospection de thèmes sensibles liés à des drames familiaux et, souvent, parfois imperceptiblement, plane l’ombre de la mafia. Nous pouvons ajouter à ces thèmes celui des relations parents/enfants. Il y a tout cela dans le film de Dario Albertini avec une dimension supplémentaire, celle du parcours initiatique d’un jeune qui entre à grands pas dans l’âge adulte. A grands pas certes, mais paradoxalement à pas feutrés tant le réalisateur signe un film d’une grande sensibilité en portant sur ses personnages un regard bienveillant. La « bienveillance » ! voilà le mot clé de cette fiction qui trouve ses racines dans le vécu du cinéaste.

Manuel, être taiseux et solitaire, se fixe un projet dont il ne sait pas s’il est réalisable mais qui y croit sans défaillir. Et, dans sa quête, il rencontre de « belles personnes » : un black en triporteur, une jeune comédienne solaire, un ébéniste artiste peintre... Tous sont incarnés par des acteurs étonnants. Andrea Lattanzi, comédien non professionnel, y promène sa silhouette longiligne et mérite cent fois le prix d’interprétation obtenu à Angers. A ses côtés, des comédiennes de théâtre, de téléfilms et de cinéma qui se forgent une vraie filmographie dans la péninsule transalpine : Francesca Antonelli en mère abîmée par les coups durs de la vie et Giulia Elettra Gorietti en apprentie comédienne dont l’angélisme rappelle celui des héroïnes de François Truffaut.

Ce sujet grave est traité de façon émouvante mais non larmoyante ; il s’en dégage même un certain optimisme qui pousse à faire confiance à la vie. Certains annonceront une fois encore le retour du néo-réalisme du cinéma italien. A ce rapide raccourci Dario Albertini répond : « Le néo-réalisme est un héritage colossal auquel je n’ose pas prétendre. »


Texte : Jean-Luc – 07 février 2018

Sortie nationale : 07 mars 2018