Films et Programmes

Téléchargements

Inscription Newsbobine


Les tarifs

Carte d'adhésion annuelle

- Adulte : 15 €
- Jeune : 5 €

Les cartes 2017/2018 sont disponibles à la vente aux horaires d'ouverture habituels du cinéma AXEL

Tarifs adhérents

- 5,20 € pour tous les films programmés au cinéma Axel
- Tarif réduit en vigueur pour tous les films à l'affiche des 5 Nef

Razzia

Un film de Nabil Ayouch

Scénario de Nabil Ayouch, Maryam Touzani

Avec avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter, Abdelilah Rachid...

Maroc - 2018 - 1h59. Sortie France : 27 Mai 2018

A Casablanca entre le passé et le présent, cinq destinées sont liées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais toujours la même quête de liberté. Après Much Loved, Nabil Ayouch raconte la révolte qui monte inexorablement au Maroc et dresse une radiographie sans concession d’une société au bord de l’implosion. Un film lumineux, sensible et bouleversant. 

More details

Projection : Jeudi 10 Mai 2018 - 19h00 - 21h10

Grand prix, Sarlat 2017. Prix du jury jeunes, festival Lumières d’Afrique, Besançon 2017

Depuis Mektoub (1997), son premier long métrage, Nabil Ayouch n’a cessé de confronter son œuvre à la situation socio-politique marocaine. Dérive autoritaire, inégalités sociales, terrorisme, misère, prostitution, autant de sujets qui fâchent et qui rendent difficile la sortie de ses films au Maroc quand sa propre personne n’est pas ouvertement menacée.

Razzia ne fait pas exception à la règle car le cinéaste montre le rétrécissement considérable des libertés et des consciences depuis 1980 en mettant en scène un film choral qui dresse le portrait de cinq personnages isolés illustrant, à des titres divers, l’ostracisation à l’œuvre dans la société marocaine.

Ce lacis de déchirures individuelles, additionnées les unes aux autres, forment une majorité silencieuse, celle-là même à qui le réalisateur tient à donner la parole dans l’espoir de faire progres- ser la modernité dans un pays tiraillé entre traditions et tentative d’ouverture à la culture occidentale.

Contrairement à Much Loved, son précédent opus, la parole est ici moins crue, plus sobre et plus retenue. Un fil ténu relie les personnages qui semblent prisonniers d’eux-mêmes face à un choix cornélien énoncé dès les premières images du film : « Partir et vivre libre, rester et se battre... mais se battre contre quoi ? ». Nabil Ayouch s’interroge : Qu’est-ce que le Maroc ? Quelle est son identité ? Est-elle factice comme le cultissime Casablanca avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman qui n’a en fait jamais été tourné au Maroc ?

S’appuyant sur une lumière splendide qui nous abreuve à jet continu de paysages sublimes, une réalisation sans temps mort et une interprétation impeccable, le réalisateur sait faire naître subtilement l’émotion à coup de sentiments à peine suggérés et de regards détournés.

Poussé par l’amour qu’il porte à son pays et sûr de la capacité du peuple à construire un nouveau modèle de société, il signe une mise en garde universelle et puissante contre l’intolérance progressive qui gagne non seulement le Maroc mais le monde entier.

Sources : Le Monde 14 mars 2018, avoir-alire.com, lebleudumiroir.fr