La Reine Margot

lundi 17 janvier 2022 à 17:00

Soirée thématique
La bobine partenaire

Tarifs : 5,20 € par film ou 10 € les deux films

Il a paru judicieux d’évoquer le 500 ème anniversaire de la naissance de Pontus de Tyard à travers la projection de ces deux Reine Margot, toutes deux adaptées de l’œuvre d’Alexandre Dumas publiée en 1845.

Historiquement d’abord. Ces personnages de la cour de France, Tyard les a côtoyés puisqu’il fut conseiller de trois rois Henri II Charles IX et Henri III.
Cinématographiquement ensuite. A 40 ans d’écart, un même personnage historique (Marguerite de Valois, épouse d’Henri de Navarre, futur Henri IV) et les mêmes événements sont abordés à travers des choix narratifs et des esthétiques très différentes.
Paris Août 1572 – Toute la ville célèbre le mariage de Marguerite de Valois, sœur du roi Charles IX, avec le jeune roi de Navarre, Henri de Bourbon. Ce mariage marque la réconciliation des catholiques avec les Bourbons. Malheureusement, des intrigues de cour viennent tout contrarier et c’est ainsi que Catherine de Médicis ordonne le massacre des protestants. De plus elle est à l’origine de l’empoisonnement de son fils Charles IX. Ce dernier, avant de mourir, désigne Henri de Navarre comme successeur…

1er Film

La Reine Margot

lundi 17 janvier 2022 à 17:00

Non restauré, ce film doit être vu comme un document d’archive, remarquablement intéressant et passionnant.

En 1572, Marguerite de Valois épouse Henri de Bourbon : catholiques et protestants sont réconciliés. Les intrigues de la cour vont bientôt mettre fin à cette entente. Jean Dréville, porté par le scénario d’Abel Gance, réussit une mise en scène somptueuse avec des comédiens formidables que l’on aura plaisir à retrouver. Un classique qui fit scandale au moment de sa sortie....

>> Toutes les informations sur le premier film

2ème Film

La Reine Margot

lundi 17 janvier 2022 à 20:00

Au milieu de cette nuit d’horreur un jeune homme percé de coups d’épée frappe désespérément à la porte de Margot. La Môle est protestant, il doit mourir comme les autres. Mais Margot le cache, le soigne et se met à l’aimer. Cette nuit-là tout bascule. Chéreau au sommet de son art !

>> Toutes les informations sur le deuxième film


Présentation du
1er film

La Reine Margot

lundi 17 janvier 2022 à 17:00

Non restauré, ce film doit être vu comme un document d’archive, remarquablement intéressant et passionnant.

Résumé : En 1572, Marguerite de Valois épouse Henri de Bourbon : catholiques et protestants sont réconciliés. Les intrigues de la cour vont bientôt mettre fin à cette entente. Jean Dréville, porté par le scénario d’Abel Gance, réussit une mise en scène somptueuse avec des comédiens formidables que l’on aura plaisir à retrouver. Un classique qui fit scandale au moment de sa sortie....

Pays : France

Année : 1954

Durée : 1h33

Date de sortie en France : 25 novembre 1954

Réalisateur : Jean Dréville

Scénario : Abel Gance

Image : Roger Hubert, Henri Alekan

Musique : Paul Misraki

Avec : Jeanne Moreau, Robert Porte, Françoise Rosay...


Fiche
bobine

“Dreville a la lourde tâche de rendre le faste de la Cour de Charles IX et sa reconstitution demeure un des modèles du cinéma hexagonal (en tout cas pour cette époque), avec une débauche de couleurs et de costumes qui firent grimper le budget global de la production. Visuellement, on se croirait parfois dans un conte de Grimm dans lequel le massacre de la Saint Barthélémy est évacué sans effets sanguinolents et à vrai dire, le traitement de cet épisode pourtant essentiel déçoit grandement.
Dréville ne rentre pas dans la psychologie tortueuse de cette famille Médicis que le roman décrivait incestueuse, sanguinaire, violente, tyrannique, et c’est fort dommage, son film en aurait gagné en profondeur et en intérêt. Les séquences intimes entre La Môle et Margot contiennent néanmoins de beaux moments de passion.” Jean de Baroncelli


Présentation du
2ème film

La Reine Margot

lundi 17 janvier 2022 à 20:00

Résumé : Au milieu de cette nuit d’horreur un jeune homme percé de coups d’épée frappe désespérément à la porte de Margot. La Môle est protestant, il doit mourir comme les autres. Mais Margot le cache, le soigne et se met à l’aimer. Cette nuit-là tout bascule. Chéreau au sommet de son art !

Pays : France

Année : 1994

Durée : 2h39

Date de sortie en France : 13 mai 1994

Réalisateur : Patrice Chéreau

Scénario : Danièle Thompson et Patrice Chéreau, d'après le roman d'Alexandre Dumas

Image : Philippe Rousselot

Musique : Goran Bregovic

Avec : Isabelle Adjani, Daniel Auteuil, Jean-Hugues Anglade ...

Prix / distinctions : Césars 1995 de la Meilleure actrice à Isabelle Adjani, du Meilleur acteur dans un second rôle à Jean-Hugues Anglade, de la Meilleure actrice dans un second rôle à Virna Lisi, de la Meilleure photographie, des Meilleurs costumes Prix du Jury et Prix d'interprétation féminine (Virna Lisi) - Festival de Cannes 1994

Fiche
bobine

La Reine Margot est le 5 ème film de Chéreau. Ce qui le décide à adapter le roman, c’est le thème des guerres de religion. La première guerre du Golfe, les guerres ethniques de l’ex Yougoslavie se déroulent pendant l’écriture du scénario. Le film est une longue fresque de violences : politiques, familiales, sexuelles. La recherche esthétique est manifeste s’appuyant sur le théâtre élisabéthain, les références picturales (Goya, Géricault, Delacroix, Bacon) et cinématographiques (Les Damnés de Visconti)
A sa sortie, l’accueil de la critique sera mitigé. On lui reproche son emphase et sa théâtralité. Mais avec plus deux millions de spectateurs en salle, ce sera le plus grand succès de Chéreau.
“Étrange sentiment, en voyant cette Reine Margot, d’un film qui aurait des veines, un pouls, des vrais battements de cœur. Sang d’amour et sang de haine, mêlés. Et ces battements de cœur seraient dictés, rythmés par la violence, toujours, qui irrigue le film. C’est ce sang, c’est cette inouïe violence, ce sont ces battements de cœur qui en font une vraie, une grande réussite : La Reine Margot évite les pièges d’un cinéma qu’on feuilletterait comme un livre d’images.” Serge Toubiana, dans Les Cahiers du cinéma, n o  479/ 480, mai 1994.

Evénement
associé

L’Association Renaissance du château Pontus de Tyard à Bissy-sur-Fley

Restaurer et entretenir le château, en assurer l’animation, faire connaître la vie et l’œuvre de son illustre habitant, Pontus de Tyard, tels sont les principaux objectifs de l’association.

En vingt années, le château a été entièrement restauré, les communs abritent une salle de spectacles, un vignoble conservatoire a été planté. Une dizaine de manifestations (théâtre, musique, poésie, marché du curieux) s’y déroulent chaque été. 

Pour marquer le 500ème anniversaire de la naissance de Pontus de Tyard, une visite virtuelle du château et de la bibliothèque de Pontus est en cours d’élaboration.

Douze plasticiens régionaux se sont saisis d’une de ses œuvres « Douze fables de fleuves et fontaines » et en proposent une transcription plastique, exposée au château.   Enfin, un partenariat entre l’association et le lycée chalonnais Pontus de Tyard a vu le jour. 

Toute la vie de l’association sur le site www.pontus-de-tyard.com

Et le 500ème anniversaire continue à Chalon en 2022 :   

Espace patrimoine : exposition jusqu’au 29 mai 2022 « Chalon-sur-Saône au temps de Pontus de Tyard ». Visites guidées thématiques de la ville en lien avec l’exposition.

Musée DENON : exposition jusqu’au 13 mars 2022 “La lyre, la mitre et l’astrolabe“, centrée sur Pontus de Tyard, exposition qui retrace le parcours de ce grand érudit du XVIe siècle.

Visites guidées : vendredi 4 février à 18h, dimanche 13 février à 15h30, vendredi 4 mars à 18h, dimanche 13 mars à 15h30

Bibliothèque Municipale : l’exposition “Pontus de Tyard, un savant poète en son siècle” est consultable sur le site de la Bibliothèque Municipale. https://patrimoine.bm-chalon.fr/expositions-en-ligne

Association “Bulles de Bourgogne” (en collaboration avec l’Espace patrimoine) : parution du n°3 de “Bulles de Chalon-sur-Saône“. Pontus de Tyard en bande dessinée : « Plus de pain… moins de peine ». En vente (3€) dans les librairies, au musée Denon et à l’espace patrimoine.