Cinéma d’animation

jeudi 20 octobre 2016 à 19:00

Deux “cristal d’or”, récompense suprême du festival international du film d’animation d’Annecy pour le prix d’un !

1er Film

Ma vie de Courgette

jeudi 20 octobre 2016 à 19:00

EN SORTIE NATIONALE

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il est placé dans un foyer, à la mort de sa mère. Là, entouré d’autres enfants abîmés par la vie, commence pour lui une véritable aventure.

>> Toutes les informations sur le premier film

2ème Film

Le voyage de Monsieur Crulic

jeudi 20 octobre 2016 à 20:15

A partir d’un fait divers insupportable, Anca Damian réalise un film politique puissant, où drame et absurdité viennent dire la violence d’un racisme pernicieux et d’une justice à deux vitesses.

>> Toutes les informations sur le deuxième film


Présentation du
1er film

Ma vie de Courgette

jeudi 20 octobre 2016 à 19:00

Résumé : EN SORTIE NATIONALE Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il est placé dans un foyer, à la mort de sa mère. Là, entouré d’autres enfants abîmés par la vie, commence pour lui une véritable aventure.

Pays : Suisse / France

Année : 2016

Durée : 1h06

Date de sortie en France : 19 octobre 2016

Réalisateur : Claude Barras

Scénario : Céline Sciamma, d’après l’œuvre de Gilles Paris

Avec : les voix de Gaspard Schlatter (Courgette), Sixtine Murat (Camille), Paulin Jaccoud (Simon), Michel Vuillermoz (Raymond)

Prix / distinctions : Cristal d’or, prix du public, Annecy 2016 Valois de diamant , Angoulême 2016

Fiche
bobine

Ma vie de Courgette raconte l’histoire d’enfants en quête de bonheur à travers l’année passée par Icare – dit Courgette – au sein d’un foyer d’accueil.

« Dans une semaine, quand s’éteindront les feux de l’édition cannoise 2016, on se souviendra de ces moments précieux où une séquence d’un film nous a rappelé, soudainement, l’inextinguible force d’émotion du cinéma. Et beaucoup penseront au plan final de ce film d’animation qui fait pleurer, purement et simplement.

Céline Sciamma avait déjà prouvé son art de se mettre dans la peau d’une fillette avec Tomboy . Auteur du scénario et comme portée par la liberté de l’animation, elle se met ici complètement à hauteur d’enfants de dix ans, sans jamais tomber dans le péché mignon de l’animation actuelle : la lecture à deux niveaux avec clins d’œil aux adultes. A travers cette bande de gosses, elle aborde de front, mais avec une délicatesse rare, toutes les violences subies par les minots. Le film de Claude Barras dure à peine plus d’une heure et c’est un grand film : entre la poésie intimiste d’un Tim Burton et la force sociale d’un Ken Loach en herbe, il serre le cœur et donne de l’espoir. Dans Ma vie de Courgette, tous les cris, les SOS partent dans les airs. Légers comme des cerfs volants. Vers le soleil. »

Il n’y a rien à ajouter à ce papier de Guillemette Odicino, paru dans Télérama. Précisons, cependant, trois éléments techniques : Premièrement, Ma Vie de Courgette est entièrement réalisée en « stop motion », une technique où les objets sont très légèrement déplacés entre chaque prise de vue.

Ensuite, un soin très particulier a été porté à la mise en scène des voix. Ce sont de vrais enfants que l’on entend, et les acteurs adultes (parmi lesquels Michel Vuillermoz) prennent le même naturel. Enfin, la musique de Sophie Hunger, vient parfaire ce mélange de réalisme et de rêverie.

Vous l’avez compris: cette œuvre magnifique va vous boulever- ser. Mais comme nous sommes au-delà d’un simple film d’anima- tion, vous ne manquerez pas sans doute de vous poser quelques questions: Qu’est-ce qu’être parent aujourd’hui ? Où commence la maltraitance ? ….

Sources : Télerama, Le Monde 15 mai 2016


Présentation du
2ème film

Le voyage de Monsieur Crulic

jeudi 20 octobre 2016 à 20:15

Résumé : A partir d’un fait divers insupportable, Anca Damian réalise un film politique puissant, où drame et absurdité viennent dire la violence d’un racisme pernicieux et d’une justice à deux vitesses.

Pays : Roumanie / Pologne

Année : 2011

Durée : 1h13

Version : VOST

Titre original : Crulic - drumul spre dincolo

Date de sortie en France : 12 décembre 2012

Réalisateur : Anca Damian

Scénario : Anca Damian

Image : Ilija Zogowski

Musique : Piotr Zogowski

Avec : les voix de Vlad Ivanov, Sandrine Bonnaire, Jamie Sives

Prix / distinctions : Cristal d’or, Annecy 2012, Mention Spéciale Don Quixote du Jury; Locarno 2012, Prix Amnesty au CPH : DOX à Copenhague

Fiche
bobine

Le 10 septembre 2007, Claudiu Crulic, un Roumain âgé de 33 ans, est accusé du vol d’un portefeuille et jeté en prison. Il nie les faits et entame une grève de la faim. En dépit des preuves indéniables de son innocence, il reste enfermé et sa détention est même prolongée. Son état de santé va vite devenir préoccupant.

A partir de ce fait divers, Anca Damian réalise un film politique puissant, où le drame et l’absurdité viennent dire la violence d’un racisme pernicieux et d’une justice à deux vitesses. Et pour conter cette histoire tragique, elle ne choisit ni la reconstitution avec des acteurs, ni la forme documentaire classique. Non, elle s’oriente vers le documentaire d’animation, un genre très rare dans le monde du cinéma, car celui-ci apparaît tout simplement comme une alternative convaincante quand les images sont rares et quand on ne veut pas passer d’un témoignage à un autre.

Ainsi, la reconstitution est personnelle, l’histoire un point de vue et les décors une reconstruction mais au moins, tout est exposé. Jamais le réalisateur ne peut tricher et essayer de faire croire qu’il montre la réalité comme s’il y était.

Dès lors, Anca Damian peut se permettre de montrer toutes les facettes du cinéma d’animation. Elle intègre des images réelles, inscrit les dernières vraies images de Crulic, mélange le papier découpé, la photographie, le dessin animé et la vidéo sans que cela occulte l’intensité dramatique de ce réquisitoire implacable contre un sys- tème kafkaïen.

Elle peut même donner la parole à Crulic (par le truchement d’un comédien) qui raconte sa vie d’une voix rêveuse, ironique, déta- chée comme s’il n’y avait rien à faire, rien à sauver.
Ce parti-pris esthétique confère au film une atmosphère inédite, proche de l’oppression. Après avoir vu ce long métrage, vous ne regarderez plus jamais les films d’animation de la même façon.

Sources : Télérama – Le Monde 8 décembre 2012 – Critikat.fr