ASSOCIATION CHALONNAISE POUR LE CINEMA

Du Roi Soleil au Soleil Levant : Les tribulations de l’imaginaire

mardi 2 juillet 2024 à 14:00

Soirée thématique
La bobine partenaire
La bobine offre le verre de l'amitié en clôture de saison ce mardi 2 juillet 17h30

La bobine fait la Fête du cinéma: 5 euros la séance

1er Film

Le Molière imaginaire

mardi 2 juillet 2024 à 14:00 et 18:00

Au Théâtre du Palais Royal à Paris, le 17 février 1673, la troupe du Roi est en pleine représentation du Malade Imaginaire quand Molière commence à cracher du sang. Il décide malgré tout de continuer à jouer. Au cours de son agonie, il laisse pénétrer dans l’espace du théâtre les événements et les fantômes qui ont fait sa vie.
Tourné en un plan-séquence époustouflant, à la bougie et dans un seul décor, le film plonge le spectateur dans une atmosphère presque irréelle tout en dessinant un portrait inattendu et ensorcelant de cette figure emblématique

>> Toutes les informations sur le premier film

2ème Film

Sidonie au Japon

mardi 2 juillet 2024 à 16:00 et 20:00

Sidonie se rend au japon à l’occasion de la ressortie de son best-seller. Malgré le dévouement de son éditeur japonais avec qui elle découvre les traditions du pays, elle perd peu à peu ses repères… Surtout lorsqu’elle se retrouve face à son mari, disparu depuis plusieurs années !
Douceur, humour, tendresse, noirceur du chagrin, spectres du passé : un voyage inattendu et original au pays du Soleil-levant

>> Toutes les informations sur le deuxième film


Présentation du
1er film

Le Molière imaginaire

mardi 2 juillet 2024 à 14:00 et 18:00

Résumé : Au Théâtre du Palais Royal à Paris, le 17 février 1673, la troupe du Roi est en pleine représentation du Malade Imaginaire quand Molière commence à cracher du sang. Il décide malgré tout de continuer à jouer. Au cours de son agonie, il laisse pénétrer dans l’espace du théâtre les événements et les fantômes qui ont fait sa vie. Tourné en un plan-séquence époustouflant, à la bougie et dans un seul décor, le film plonge le spectateur dans une atmosphère presque irréelle tout en dessinant un portrait inattendu et ensorcelant de cette figure emblématique

Pays : France

Année : 2024

Durée : 1h34

Date de sortie en France : 14 février 2024

Réalisateur : Olivier Py

Scénario : Olivier Py et Bertrand de Roffignac

Image : Luc Pagès

Avec : Laurent Lafitte, Stacy Martin, Bertrand de Roffignac ...


Fiche
bobine

On sait beaucoup de choses sur Molière. Mais il y a peu de certitudes. Beaucoup d’histoires, de contes et légendes ont circulé et circulent encore. Corneille a-t-il écrit certaines pièces de son contemporain ? Armande Béjart était-elle la sœur ou la fille de Madeleine ? Et si Molière en était le père, a-t-il épousé sa propre fille ? A-t-il eu une relation avec l’acteur Baron, dont on dit qu’il le trouva, enfant, affamé et abandonné, et le prit sous son aile ?
Olivier Py, homme de théâtre lui aussi, s’attaque à son tour, dans ce premier film, au personnage emblématique de la scène française et mélange tout cela à une réflexion sur la création et la mort. Cette biographie rêvée, voire fantasmée, traite du dernier jour de la vie de Molière. Le réalisateur assume clairement de donner sa version de l’homme de théâtre, titrant son film, Le Molière imaginaire, en référence à la dernière pièce jouée par celui-ci. Il déploie en plans séquences virtuoses, qui semblent n’en faire qu’un, la folle énergie qu’il y a à diriger une troupe, écrire des pièces, les jouer, être soumis au bon vouloir du Roi Louis XIV, recueillir les doléances des uns et l’amour des autres… tout en luttant contre la mort, ici omniprésente.
Le film est une réussite indéniable, même si le réalisateur nous présente un Molière bisexuel, une cour – celle de Monsieur, frère du roi, entouré de multiples et ravissants gitons – , des traîtres à foison, une solitude épouvantable et le spectre de la mort dans un tableau final digne de ….Molière, avec des hommes nus et des squelettes dansants. Ce film inclassable donne immédiatement envie de se replonger dans tout Molière.
Ce sont deux heures de souffrances et d’essoufflement qu’Olivier Py nous donne à voir grâce au talent de Laurent Laffite, d’une pléiade d’excellents acteurs et aussi grâce au traitement de la lumière de Luc Pagès, le chef opérateur.

 

Sources : Revue Jeune cinéma, mars 2024 / lelephant-larevue.fr


Présentation du
2ème film

Sidonie au Japon

mardi 2 juillet 2024 à 16:00 et 20:00

Résumé : Sidonie se rend au japon à l’occasion de la ressortie de son best-seller. Malgré le dévouement de son éditeur japonais avec qui elle découvre les traditions du pays, elle perd peu à peu ses repères… Surtout lorsqu’elle se retrouve face à son mari, disparu depuis plusieurs années ! Douceur, humour, tendresse, noirceur du chagrin, spectres du passé : un voyage inattendu et original au pays du Soleil-levant

Pays : France

Année : 2024

Durée : 1h35

Date de sortie en France : 3 avril 2024

Réalisateur : Elise Girard

Scénario : Maud Ameline, Sophie Fillières et Élise Girard

Image : Céline Bozon

Avec : Isabelle Huppert, Tsuyoshi Ihara, August Diehl


Fiche
bobine

Ce troisième long métrage d’Elise Girard débute comme une comédie acidulée. Le trait est subtil, comme le devient cette histoire de deuil. Il y a de la légèreté, de l’apaisement et une mélancolie qui nous étreint.
Il faudra un voyage pour que Sidonie, écrivaine de renom, réussisse à retrouver prise avec le réel et à se réinventer. Quel pays plus propice que le Japon ? Depuis Lost in Translation de Sofia Coppola, le Japon est devenu le territoire par excellence des errances occidentales, où se sont successivement perdus Chris Marker, Michel Gondry, Leos Carax et récemment Wim Wenders (Perfect Days). Le dépaysement y est tel qu’on s’y abandonne totalement. Sidonie n’y échappera pas.
Pour en arriver là, il lui faudra des paysages, des rencontres et des émotions, ainsi que l’appui de son éditeur japonais l’accompagnant tout au long de sa tournée littéraire : Tokyo, Nara, Kyoto, l’île d’art moderne Naoshima, la nuit, le jour… Les panoramas se succèdent derrière les vitres, avec un sens du montage cadencé et de sublimes prises de vue. Envoûtée par la puissance contemplative et réflexive des villes et de la nature, des huis clos à la patine subtile jusqu’aux cerisiers en fleurs, Sidonie laisse les circonstances décider de sa vie. Tant pis si un fantôme s’y glisse. Celui-ci est bienveillant. Il vient sans doute la libérer. Tout comme le rire qu’elle ne peut que laisser éclater face aux différences culturelles qui créent des situations toujours plus amusantes.
Ainsi, Sidonie va réapprendre à se connaître, autant que son éditeur a appris à reconnaître son style. Ensemble ils s’amusent, échangent, se tiennent compagnie. Sauvée par la beauté de ces petits riens qui font le grand tout, Sidonie retrouvera l’état de grâce et l’inspiration. Et tant pis si ce Japon rêvé n’existe pas.
« Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve » disait Saint-Exupéry. Sidonie a rêvé le Japon dont elle avait besoin pour se réveiller et revenir sereinement chez elle, sans se retourner.

 

Sources : nouvelobs.com / dossier de presse / hanabi.community

Evénement
associé