Soirée Argentine – la bobine fait la fête du cinéma !

lundi 1 juillet 2019 à 19:00

Soirée thématique
La bobine partenaire

dans le cadre de la fête du cinéma
4 euros dès le premier film !

1er Film

Un coup de maître

lundi 1 juillet 2019 à 19:00

Arturo est le propriétaire d’une galerie d’art à Buenos Aires, un homme charmant, sophistiqué mais sans scrupules. Il représente Renzo, un peintre loufoque et torturé qui traverse une petite baisse de régime. Leur relation est faite d’amour et de haine. Un jour, Renzo est victime d’un accident et perd la mémoire. Profitant de cette situation, Arturo élabore un plan osé pour les faire revenir sur le devant de la scène artistique.

>> Toutes les informations sur le premier film

2ème Film

Mon meilleur ami

lundi 1 juillet 2019 à 21:00

Lorenzo est un adolescent agréable et studieux qui vit dans une petite ville de Patagonie. Un jour son père décide d’accueillir sous leur toit Caíto, un jeune garçon frondeur et mystérieux. D’abord méfiant, Lorenzo va peu à peu se rapprocher de Caíto sans soupçonner les conséquences de cette nouvelle amitié... mais Caíto a un secret.

>> Toutes les informations sur le deuxième film


Présentation du
1er film

Un coup de maître

lundi 1 juillet 2019 à 19:00

Résumé : Arturo est le propriétaire d’une galerie d’art à Buenos Aires, un homme charmant, sophistiqué mais sans scrupules. Il représente Renzo, un peintre loufoque et torturé qui traverse une petite baisse de régime. Leur relation est faite d’amour et de haine. Un jour, Renzo est victime d’un accident et perd la mémoire. Profitant de cette situation, Arturo élabore un plan osé pour les faire revenir sur le devant de la scène artistique.

Pays : Argentine

Année : 2019

Durée : 1h41

Version : VOST

Titre original : Mi obra maestra

Date de sortie en France : 6 février 2019

Réalisateur : Gastón Duprat

Scénario : Andrés Duprat, Gastón Duprat

Image : Rodrigo Pulpeiro

Musique : Alejandro Kauderer, Emilio Kauderer

Avec : Andrea Acatto, Lucas Aranda, Raúl Arévalo...


Fiche
bobine

Arturo, propriétaire d’une galerie d’art à Buenos Aires, est un homme charmant, sophistiqué mais sans scrupules. Il présente les oeuvres de Renzo , un peintre loufoque et torturé, artiste ingérable, imprévisible et provocateur, qui traverse une petite baisse de régime après avoir connu la gloire dans les années 80. Un jour, Renzo est victime d’un accident et perd la mémoire. Profitant de cette situation, Arturo élabore un plan osé pour le faire revenir sur le devant de la scène artistique : dès les premières minutes, il affirme être un assassin . Qui a-t-il tué et pourquoi ? Cette interrogation pimente jusqu’à la fin cette excellente comédie noire.

Réalisé par la même équipe que Citoyen d’honneur, qui racontait l’histoire d’un écrivain célèbre revenant dans sa petite ville natale, Un Coup de maître approfondit des thèmes déjà présents dans les films précédents du réalisateur : l’imposture dans le monde de l’art, le rapport entre le créateur et son œuvre, la reconnaissance par les institutions … Des thèmes que le scénariste Andrés Duprat, frère du réalisateur, connaît bien , étant lui-même directeur d’un célèbre musée national argentin. Mais le film ne bascule jamais dans un engagement austère et moralisateur , c’est une comédie grinçante, un jeu de massacre permanent qui trace un portrait au vitriol du monde de l’art, porté par un excellent duo de comédiens qui jouent les sales gosses avec gourmandise.

« L’humour et le sarcasme sont une façon de regarder la réalité en face, d’analyser le monde. J’aime l’humour qui embarrasse, qui est corrosif, à la fois souterrain et contradictoire. » Gastón Duprat.

Sources : Télérama 6 février 2019 – Site Comme au cinéma


Présentation du
2ème film

Mon meilleur ami

lundi 1 juillet 2019 à 21:00

Résumé : Lorenzo est un adolescent agréable et studieux qui vit dans une petite ville de Patagonie. Un jour son père décide d’accueillir sous leur toit Caíto, un jeune garçon frondeur et mystérieux. D’abord méfiant, Lorenzo va peu à peu se rapprocher de Caíto sans soupçonner les conséquences de cette nouvelle amitié... mais Caíto a un secret.

Pays : Argentine

Année : 2019

Durée : 1h30

Version : VOST

Titre original : Mi mejor amigo

Date de sortie en France : 27 mars 2019

Réalisateur : Martín Deus

Scénario : Martín Deus

Image : Sebastián Gallo

Musique : Mariano Barrella

Avec : Angelo Mutti Spinetta, Lautaro Rodríguez, Guillermo Pfening...

Prix / distinctions : Prix Ecrans Juniors Cannes 2018

Fiche
bobine

Lorenzo, frêle garçon plus enclin à la lecture qu’à la pratique du football, coule des jours paisibles et studieux, dans une bourgade de Patagonie aux couleurs chaudes. Quand son père décide d’accueillir chez eux Caito, un garçon rebelle et énigmatique, il est d’abord rétif face à cette intrusion. Mais Lorenzo se laisse progressivement gagner par une attirance inédite au point de faire de Caito son “meilleur ami”sans avoir conscience des répercussions profondes de ce rapprochement.

Jeune réalisateur argentin, Martin Deus aborde de façon originale un sujet abondamment traité au cinéma : le trouble du désir à l’adolescence. Après plusieurs courts métrages dédiés à la confusion des sentiments liés à cet âge de la vie, il évoque ici avec délicatesse la recherche de l’orientation sexuelle à travers la naissance d’une amitié singulière entre deux garçons que tout oppose, à partir de l’écriture d’un scénario, sans doute en partie autobiographique.

Le montage elliptique, le style minimaliste et impressionniste tissent des correspondances souterraines avec les mouvements intérieurs du héros, des liens invisibles avec la révolution intime que Lorenzo traverse et que la partition musicale aux accents lyriques (composée par Mariano Barrela) ponctue à bon escient.

A sa manière discrète et délicate, Mon meilleur ami reflète avec intelligence les changements en cours dans la société argentine d’aujourd‘hui: l’évolution des rôles au sein de la famille, l’ouverture d’esprit en matière d’éducation, les prémices encore timides d’un recul du machisme et de l’homophobie… Le film de Martin Deus nous propose surtout une œuvre généreuse qui célèbre l’âge des possibles et son mystère irréductible.

Un premier film juste et sensible.

Sources : Nouvel observateur 27 mars 2019 – aVoir-aLire.com

Evénement
associé

Fête du cinéma