Kuessipan

jeudi 10 juin 2021

20:15

5 euros la séance pour tous avec le Pass Télérama

En avant-première

Résumé : Nord du Québec. Mikuan et Shaniss, deux amies inséparables, grandissent dans une réserve de la communauté innue. Petites, elles se promettent de toujours rester ensemble. Mais à l’aube de leurs 17 ans, leurs aspirations semblent les éloigner : Shaniss fonde une famille, tandis que Mikuan tombe amoureuse d’un blanc et rêve de quitter cette réserve devenue trop petite pour elle...

Pays : Canada

Année : 2021

Durée : 1h57

Version : VOST

Date de sortie en France : 2 juillet 2021

Réalisateur : Myriam Verreault

Scénario : Naomi Fontaine, Myriam Verreault

Image : Nicolas Canniccioni

Musique : Louis-Jean Cormier

Avec : Brigitte Poupart, Étienne Galloy, Martin Desgagné ...


Fiche
bobine

Deux gamines rient, courent, s’amusent. Plus que deux amies, elles sont comme deux sœurs. Elles ont promis de ne jamais se séparer. Elles habitent dans cette contrée du monde, près de la mer, où survivent les dernières communautés indiennes. Les conditions d’existence sont rudes. L’espoir d’une vie aisée est mince.
La relation entre les deux jeunes femmes est, bien sûr, au cœur de ce récit, tiré d’un roman de Naomi Fontaine laquelle est aussi coscénariste. Une amitié qui est mise à l’épreuve quand surviennent à la fois la douleur de ces existences contrariées et le déterminisme terrible dont on pressent qu’il a peut-être à voir avec le destin de la réalisatrice.
Myriam Verreault filme avec une infinie tendresse ces jeunes gens, joués par des non-professionnels en quête d’une existence meilleure. La caméra prend son temps pour accompagner les deux petites héroïnes tandis que Nicolas Canniccioni, le chef op’ met en valeur l’âpre beauté des paysages de la Côte-Nord.
Mais Kuessipan n’est pas seulement une description de ce monde difficile. C’est aussi un film sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte et une réflexion politique. Il raconte le destin de ces peuples Innus auxquels l’Etat canadien concède des réserves, par culpabilité, sans leur donner la même chance de s’en sortir. Il raconte comment les “Canadiens blancs” composent avec eux, souvent de façon assez maladroite, pendant que les Indiens se battent pour conserver leurs traditions et tout à la fois, s’inscrire dans la modernité. Les discussions tournent autour de l’exploitation des ressources du territoire, du tiraillement entre traditions et « confort » de la vie moderne, de la dynamique familiale, de la fracture linguistique entre les aînés qui parlent en innu, et leurs enfants qui leur répondent en français….
Kuessipan, qui signifie “A toi”, “à ton tour “, décrit un monde qu’on ne connaît pas, ou si peu. C’est un film sublime et profond qui tente de nous éloigner des images généralement véhiculées, celles du désœuvrement et de la perte d’identité pour nous projeter vers ceux qui essaient d’exister en dehors des préjugés.

 

Sources : Avoir-alire, Abusdeciné.com, Lapresse.ca, dossier de presse

Regarder la
bande-annonce

Evénement
associé