200 mètres

jeudi 24 juin 2021

16:00 et 18:30 et 20:30

Adhérents : 5,20€

Non adhérents : Tarifs en vigueur

Résumé : Mustafa d’un côté, Salwa et les enfants de l’autre, une famille vit séparée de chaque côté du Mur israélien à seulement 200 mètres de distance. Ils résistent au quotidien avec toute la ruse et la tendresse nécessaires pour « vivre » comme tout le monde, quand un incident grave vient bouleverser cet équilibre éphémère. Pour retrouver son fils blessé de l’autre côté, le père se lance dans une odyssée à travers les checkpoints, passager d’un minibus clandestin où les destins de chacun se heurtent aux entraves les plus absurdes.

Pays : Palestine

Année : 2020

Durée : 1h36

Version : VOST

Titre original : 200 Meters

Date de sortie en France : 9 juin 2021

Réalisateur : Ameen Nayfeh

Scénario : Ameen Nayfeh

Image : Elin Kirschfink

Avec : Ali Suliman, Lana Zreik, Anna Unterberger…

Prix / distinctions : Prix du public, Venise 2020. Meilleur film, Seville european film festival 2020

Fiche
bobine

200 mètres, c’est long et c’est court, et ça dure toujours…
C’est l’histoire d’un mur et de ses conséquences, ce n’est pas Berlin, juste un mur qui dessine les ghettos et les bantoustans.
C’est l’histoire d’une famille coupée en deux par ce mur. Mustapha d’un côté, parce qu’il n’a pas voulu prendre la nationalité israélienne, sa femme et ses enfants, citoyens israéliens arabes, de l’autre. Faute de mieux, leur vie s’organise comme une partie de tennis, faite d’échanges de regards, de messages téléphoniques et de jeux lumineux au crépuscule, par delà un filet de béton.
Le réalisateur, Ameen Nayfeh, est né dans ces territoires occupés pendant la première intifada, c’est dire combien son inspiration est nécessairement  imprégnée de ce qu’il a toujours vécu. Et quand Mustapha, apprenant l’accident de son fils, veut le rejoindre à l’hôpital à tout prix, Nayfeh nous déroule alors, avec une grande maîtrise, un road-movie haletant semé d’embûches improbables, et qui décrit parfaitement comment, en Cisjordanie, franchir 200 mètres peut facilement devenir une odyssée périlleuse de 20 heures et 200 km.
Comme souvent dans le cinéma palestinien, on retrouve ici la tendresse, l’humour et la dérision. Avec délicatesse et une certaine retenue, peut-être pour nous dire que ce sont des armes nécessaires pour survivre sous occupation…
Après quelques années, on retrouve avec plaisir les acteurs du film Les Citronniers, Ali Suliman et Lana Zreik, mais toute la distribution est aussi attachante et sincère. N’est-ce pas, quelque part, que la fiction qu’ils interprètent est juste leur propre vie ?
Un premier long métrage déjà vêtu de lauriers, et qui en appelle d’autres… Avec la reprise sanglante du conflit à Jérusalem et Gaza, le sujet n’en est que plus actuel.

Texte Patrick – La bobine – 22 mai 2021

Regarder la
bande-annonce