Si le vent tombe

jeudi 1 juillet 2021

16:00 et 21:00

La bobine partenaire

La bobine fait la fête du cinéma

4€ la place dès le premier film !

 

Résumé : Auditeur international, Alain débarque dans une petite république auto-proclamée du Caucase afin d’expertiser la possibilité d’ouverture de son aéroport. Au contact des habitants du Haut-Karabagh et d’un mystérieux enfant, Alain s’ouvre à un monde nouveau et risque le tout pour le tout.

Pays : France/Arménie

Année : 2020

Durée : 1h40

Version : VOST

Date de sortie en France : 26 mai 2021

Réalisateur : Nora Martirosyan

Scénario : Guillaume André, Nora Martirosyan, Emmanuelle Pagano, Olivier Torres

Image : Simon Roca

Avec : Grégoire Colin, Hayk Bakhryan, Arman Navasardyan

Prix / distinctions : Mention spéciale du Jury, Fiff Namur 2020. Mention spéciale du jury, festival Cinemania 2020. Label Cannes 2020.


Fiche
bobine

Si le vent tombe est le premier long métrage de la réalisatrice arménienne Nora Martirosyan, dont l’écriture a débuté il y a dix ans et dont le tournage s’est achevé quelques mois avant le début de la guerre du Haut-Karabakh, en septembre 2020. L’information est essentielle car il est difficile de découvrir le film sans en mesurer l’étonnant décalage avec la situation actuelle. A la suite d’un conflit qui a fait de nombreuses victimes, la petite République enclavée du Haut Karabakh se trouve maintenant réduite comme peau de chagrin, balayée par une guerre impliquant des puissances plus importantes : l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Après un périple de huit heures en taxi, sur une route sinueuse, un arrêt à un poste frontière dont le garde ironise sur son nom “Alain…Delon?”, Alain Delage, un expert français arrive à Stepanakert, avec pour mission d’étudier la possibilité d’ouverture de l’aéroport. « Comment trouvez-vous notre petite cathédrale aéroportuaire? » demande le directeur local dont le sourire affable cache mal l’anxiété. L’aéroport constitue le coeur symbolique de ce territoire en suspens. Construit par les Soviétiques dans les années 90, le bâtiment en forme d’oiseau de pierre semble la seule architecture à la ronde posée sur une piste vide. Son personnel mime le travail absent, sa tour de contrôle scrute un ciel sans traces…cet aéroport désert à l’allure de vaisseau futuriste est le point stratégique de la lutte d’un peuple méconnu, pour obtenir sa reconnaissance aux yeux du monde.

Seul un petit garçon, qu’Alain observe de loin, traverse l’unique piste pour vendre son eau “magique” à des habitants de l’autre côté de la frontière… métaphore intrigante, ubuesque de la situation de ce petit pays.

Si le vent tombe est un film de pistes et de trajectoires. Le récit n’est pas linéaire, il progresse par ellipses, échos, et bribes d’histoires concentriques avec la puissance d’un conte. La saison estivale, un vent léger et des personnages avenants, c’est ainsi que la réalisatrice instaure un climat qui sublime la portée documentaire. Et ce film, dans ce pays où les combats font rage, est d’une belle force narrative et visuelle.

 

Sources : Critikat.fr. Le Monde et Télérama 26/05/2021.

Regarder la
bande-annonce

Evénement
associé

La fête du cinéma 2021