Le Traducteur

lundi 7 février 2022

16:30 et 19:00 et 21:00

Résumé : En 2000, Sami était le traducteur de l’équipe olympique syrienne à Sydney. Un lapsus lors de la traduction le contraint à rester en Australie, où il obtient le statut de réfugié politique. En 2011, la révolution syrienne éclate et le frère de Sami est arrêté pendant une manifestation pacifique. Un thriller suffocant et percutant.

Pays : France/Syrie

Année : 2021

Durée : 1h45

Version : VOST

Titre original : The Translator

Date de sortie en France : 13 octobre 2021

Réalisateur : Rana Kazkaz et Anas Khalaf

Scénario : Rana Kazkaz et Anas Khalaf

Image : Eric Devin

Musique : Thomas Couzinier

Avec : Ziad Bakri, Yumma Marwan, David Field...


Fiche
bobine

“Liberté et dignité “, c’est ce que chacun désire, c’est ce que les Syriens n’ont jamais connu depuis plus de 40 ans sous le régime Assad père et fils…
Rana Kazkaz et Anas Khalaf ont connu le printemps arabe dans leur pays en 2011, un printemps sans fleurs, le début d’un cauchemar cahotique. Grâce à leur double nationalité française et américaine, ils ont pu quitter la Syrie en 2012, mais pas pour autant libérés… Dans une fiction proche du documentaire, tout en retenue autant qu’en force, ils nous parlent un peu de leur propre histoire, comme un geste nécessaire.

Sami est interprète, ce métier où l’on n’existe que par les mots des autres. Lors des JO de Sydney en 2000, où il accompagne l’équipe syrienne, un simple lapsus, mais lourd de sens, va se répandre sur les écrans télévisés comme une coulée de lave et le contraindre à demander l’asile politique au pays des kangourous. Commence alors pour lui une nouvelle vie, mais les manifestations pacifiques de 2011 et l’arrestation de son frère Nabil, resté au pays, vont brutalement réveiller sa conscience…

Sous forme d’un thriller politique haletant mais toujours sobre, les réalisateurs vont suivre le retour de Sami dans un univers qui, plus que jamais, n’est qu’une toile d’araignée tendue par le régime. Dans le sillon de son chemin de croix, ils vont s’attacher à prendre aussi le pouls de son entourage, de ceux qui n’ont pas pu (ou pas voulu) partir, et notamment des femmes, dont on ne dit jamais assez le rôle qu’elles ont toujours joué dans les zones de conflit.

Plus loin que la question syrienne, Rana et Anas nous montrent comment, sous une dictature, l’intime et le politique s’entrechoquent et déchirent les êtres comme une bombe à fragmentation. Ce n’est pas la moindre qualité de ce film où tous les acteurs sont juste sublimes de pudeur et de vérité.

Un film qui interroge et nous instruit..

 

 

Sources : dossier de presse, cinedweller

Regarder la
bande-annonce