ASSOCIATION CHALONNAISE POUR LE CINEMA

Dalva

lundi 5 juin 2023

17:00 et 19:00 et 21:00

Résumé : Dalva a 12 ans mais s’habille, se maquille et se vit comme une femme. Retirée brusquement du domicile paternel, elle est placée en foyer. D’abord révoltée et dans l’incompréhension totale, elle va faire la connaissance de Samia, une adolescente au fort caractère. Épaulée par Jayden, un éducateur bienveillant, Dalva va découvrir une nouvelle vie, celle d’une jeune fille de son âge. Le récit sans tabou d’une reconstruction qui tend vers la lumière et l’optimisme.

Pays : France

Année : 2023

Durée : 1h25

Date de sortie en France : 22 mars 2023

Réalisateur : e Emmanuelle Nicot

Scénario : Emmanuelle Nicot, Jacques Akchoti et Bulle Decarpentries

Image : Caroline Guimbal

Musique : Frederic Alvarez

Avec : Zelda Samson, Alexis Manenti, Fanta Guirassy...

Prix / distinctions : Prix de la Critique Internationale, Cannes 2022. Prix du public, Rotterdam 2023. Grand prix du jury et prix du jury étudiant, festival2Valenciennes 2023.


Fiche
bobine

Dalva, 12 ans, magnifiquement interprétée par la jeune comédienne Zela Samson, vit seule avec son père qui lui interdit toutes sorties. Jolie comme un cœur, mais vieillie de plusieurs années par une coiffure, des vêtements et un maquillage qui ne sont pas de son âge. Son père, pendant une décennie, s’est escrimé à élever et transformer sa fille en femme…
Le film débute par une scène de cris, de fureur et de chaos. La police fait violemment irruption dans une maison arrêtant le père, soupçonné d’inceste, devant sa fille et tentant de maîtriser une Dalva en furie, hurlante, se débattant pour ne pas être arrachée à cet homme et placée dans un foyer. Elle ne comprend pas ce qui arrive et pour quelle raison son père va en prison. Au centre d’accueil, Dalva continue de tenir son rôle de femme, refusant de se mêler aux enfants de son âge. Elle décourage ceux qui œuvrent pour la sortir du déni et pour enfin la ramener à l’enfance. Butée, rebelle, Dalva a un seul désir, retrouver son père, aller le voir en prison pour lui témoigner son soutien et son attachement. Elle n’a vécu qu’avec lui et n’aime que lui.
Le premier long métrage d’Emmanuelle Nicot reprend la trame classique des récits d’initiation, mais elle a l’audace d’évoquer l’inceste du point de vue de l’après – la reconstruction et l’apprentissage des frontières de l’amour –. C’est ce chemin qui fait toute l’intelligence du film. Chemin que la réalisatrice emprunte de manière exemplaire, en se tenant à bonne distance grâce à une rigueur qui ne faiblit pas, tant dans la composition du récit que du cadre. Elle refuse de filmer l’ignominie, mais agit sans ciller afin d’en révéler les mécanismes et les ravages.
Parlant de son film, Emmanuelle Nicot dit : « Après une immersion dans un centre d’accueil pour adolescents, ce qui m’a frappée chez eux, c’est à quel point ils étaient encore sous l’emprise de leurs parents. Ils souffraient beaucoup plus d’avoir été placés que de ce qu’ils avaient vécu ».Un film digne et même lumineux sur un sujet difficile.

 

Sources : Télérama et Le Canard enchaîné, 22 mars 2023.

Regarder la
bande-annonce