Félicité

jeudi 18 mai 2017

18:30 et 21:00

Résumé : Félicité, libre et fière, est chanteuse le soir dans un bar de Kinshasa. Sa vie bascule quand son fils de 14 ans est victime d'un accident de moto. Pour le sauver, elle se lance dans une course effrénée à travers les rues d'une Kinshasa électrique, un monde de musique et de rêves. Ses chemins croisent ceux de Tabu.

Pays : France

Année : 2017

Durée : 2h03

Version : VOST

Date de sortie en France : 29 mars 2017

Réalisateur : Alain Gomis

Scénario : Alain Gomis , Olivier Loustau, Delphine Zingg

Avec : Véronique Beya Mputu, Papi Mpaka, Gaetan Claudia...

Prix / distinctions : Grand Prix du jury (Ours d’argent), Berlin 2017 Etalon d’or, Fespaco 2017

Fiche
bobine

La nuit, à Kinshasa, Félicité chante dans un bar avec les Kasaï Allstars (avatar cinématographique d’un groupe congolais).

Le jour, dans un modeste appartement d’un quartier populaire de la capitale, elle essaie de gérer les petits tracas de la vie quotidienne comme la panne de son réfrigérateur. Félicité est fière de vivre seule avec son fils dans cette ville africaine où le « Débrouillez-vous » est érigé en dicton populaire. Quand, suite à un accident, la santé du jeune garçon se voit gravement menacée, elle doit remuer ciel et terre pour trouver l’argent nécessaire à l’opération.

Félicité est le quatrième long métrage du Franco-Sénégalais Alain Gomis, déjà reconnu pour ses films précédents : L’Afrance, Andalucía, Aujourd’hui. En s’attachant aux pas d’une héroïne qui se débat férocement contre la fatalité, le réalisateur superpose deux visages antinomiques et complémentaires de Kinshasa : la réalité quotidienne effrayante et fascinante de la ville (son visage documentaire), et sa réalité rêvée teintée d’étrangetés (son visage onirique).

Félicité nous entraîne dans une plongée hypnotique entre nuit et jour, entre le trivial d’une vie de misère et l’onirisme d’un parcours spirituel. La musique, le chant, l’alcool, les lumières nocturnes et la fumée des cigarettes aident à échapper à un monde violent, trop insupportable, grâce à une forme de transe et de plaisir.

Dans ce film, le chant et la musique comptent en effet autant que les dialogues. Quand Félicité chante d’une voix puissante et sensuelle (celle de Muambuyi, la vocaliste des vrais Kasaï Allstars), elle s’ouvre une porte de sortie dans l’enfermement de la réalité grâce à la sublimation de la musique (excitante, lancinante, hallucinogène). Le réalisateur fait vibrer la musique
du groupe Kasaï Allstars, qui mélange tradition et électro, et celle d’Arvo Pärt, jouée par l’Orchestre symphonique de Kinshasa.

Avec Félicité, Alain Gomis nous offre une symphonie musicale et visuelle qui, par-delà la pauvreté de ces vies de galère, fait rayonner la beauté et le mystère de l’âme.

Sources : Les Inrocks 24/03/2017 – Le Monde et Télérama 29/03/2017

Regarder la
bande-annonce