ASSOCIATION CHALONNAISE POUR LE CINEMA

Nome

jeudi 27 juin 2024

16:00 et 18:30 et 21:00

Résumé : En Guinée-Bissau, en 1969, une guerre violente oppose l’armée coloniale portugaise aux guérilleros du Parti Africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert. Nome quitte son village et rejoint le maquis. Des années plus tard, il rentrera en héros dans son pays où la liesse laissera bientôt la place à l’amertume et au cynisme. Dans ce film d’une grande beauté mêlée d’inquiétude, le réalisateur reconstitue quarante ans plus tard l’épopée d’une guerre d’indépendance.

Pays : Guinée-Bissau

Année : 2024

Durée : 1h58

Version : VOST

Date de sortie en France : 13 mars 2024

Réalisateur : Sana Na N’Hada

Scénario : Virgílio Almeida et Olivier Marboeuf

Image : João Ribeiro

Avec : Marcelino A. Ingira, Binete Undonque, Marta Dabo ...


Fiche
bobine

Nome veut dire « homonyme » en créole : une façon pour le réalisateur de rappeler que la guerre est l’affaire de tous, que tous ceux qui y participent portent le même nom.
Nous sommes en 1969, au cœur d’une guérilla contre l’armée coloniale portugaise qui, après plus de 10 ans, conduira à l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap vert . Nome est un jeune homme qui traîne dans son village une indolence d’adolescent sans but malgré les injonctions de sa mère. Ayant mis enceinte une jeune femme et ne voulant rien assumer, il va fuir et rejoindre les forces indépendantistes, honte et lâcheté aidant. Il va s’illustrer dans cette nouvelle vie et revenir presque en héros au jour de l’indépendance.
Mais son retour n’est pas celui de l’exemplarité, et Nome va plutôt fréquenter les chemins du cynisme et des petites combines.
Pour y avoir pris part (d’abord comme infirmier puis comme cameraman), Sana na N’hada était bien placé pour raconter cette guerre passée inaperçue aux yeux du monde. Exploitant les images d’archives dont il était souvent l’auteur et qui marquent le fil du temps, il apporte à son récit une dimension onirique et poétique par l’apparition sporadique d’un esprit (toujours présent chez les animistes) qui invite le monde des morts chez les vivants. Ce savant montage des genres fait toute l’originalité du film et permet à la fiction d’en dire plus qu’un simple documentaire, en montrant notamment comment, après une lutte légitime, le pays n’a pas su tenir les rênes de son indépendance.
Epopée à la fois magique et cruelle, Nome nous fait voyager dans un petit pays fait de multitudes culturelles et ethniques qui peut nous paraître étrange et lointain, mais où on se pose aussi cette question universelle : « Pourquoi les hommes deviennent-ils méchants ? »
D’autres lignes narratives, telles que le courage des femmes ou le rôle de la musique, viennent enrichir cette fresque historique sans la dénaturer, pour en faire un superbe témoignage sur les complexités multiples de la nature humaine.

 

Sources : Dossier de presse, Les Inrocks 12/03/24, A voir A lire 12/03/24

Regarder la
bande-annonce