Toni Erdmann

jeudi 22 septembre 2016

18:00 et 21:00

Résumé : Quand Ines, femme d’affaire d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Sa vie parfaitement organisée ne souffre pas le moindre désordre mais lorsque son père lui pose la question « es-tu heureuse? », son incapacité à répondre est le début d'un bouleversement profond. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l'aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage : le facétieux Toni Erdmann…

Pays : Allemagne

Année : 2016

Durée : 2h42

Version : VOST

Date de sortie en France : 17 août 2016

Réalisateur : Maren Ade

Scénario : Maren Ade

Avec : Peter Simonischek, Sandra Hüller, Michael Wittenborn ...

Prix / distinctions : Prix de la critique internationale, Cannes 2016

Fiche
bobine

La jeune réalisatrice allemande Maren Ade, remarquée à Berlin en 2009 pour son film Everyone Else, réalise avec Toni Erdmann, son troisième long métrage, un traité sérieux sur la thérapie par le rire ou l’usage de la dérision comme rempart ultime aux excès du capitalisme.

Inès, 37 ans, cadre supérieure allemande dans un cabinet d’au- dit international, officie à Bucarest où elle est expatriée avec toute son équipe. C’est une « tueuse » en tenue impeccable dont le travail consiste à envisager des solutions de licencie- ments et de délocalisation et qui, dans l’entreprise, est évaluée en fonction des dégâts matériels et humains qu’elle n’hésite pas à provoquer. Wilfried, son père, professeur à la retraite, organise des spectacles comiques dans les maisons de retraite. Artiste et idéaliste, il regrette visiblement de ne pas avoir inculqué à sa fille ses valeurs humanistes et lorsqu’il débarque à Bucarest pour lui rendre visite, elle ne cache pas son exaspération. Au terme de cette visite surprise qui tourne vite à la catastrophe, il fait mine de plier bagage et de rentrer chez lui, penaud. Pour s’occuper de son chien et de sa mère tous deux malades

Mais quelle n’est pas la surprise d’Inès lorsque très vite elle le retrouve lors d’un cocktail mondain, sous les traits de Toni Erdmann, un grand échalas affublé d’une perruque et pétomane à ses heures, mais doué de suffisamment d’aisance et de classe pour mystifier grands patrons et femmes d’ambassadeurs. En électron libre et déchaîné, celui-ci vient perturber le cirque ambiant et en souligner la vulgarité et les jeux de pouvoir et de représentation sociale, révélant ainsi à sa fille le carcan étouffant dans lequel elle s’est laissée enfermer…

Toni Erdmann est une satire moquant l’ordre établi, une farce grimaçante souvent hilarante mais aussi émouvante lorsqu’elle aborde le très fragile lien père-fille. Tout au long du film, c’est la mise en condition absurde des situations plus que les mots qui permet d’éclairer de manière crue la honte d’Inès, la gêne ou parfois l’entente qui s’installe entre le père et sa fille. Récit de la reconquête d’un amour filial, ce petit bijou d’émotion contenue et de burlesque décalé nous fait passer facilement du rire aux larmes.

Sources : Télérama, Libération (Mai 2016). avoir-a-lire.com , l’Obs (juin 2016).

Regarder la
bande-annonce