Les Hirondelles de Kaboul

lundi 9 septembre 2019

19:00 et 21:00

Résumé : Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.

Pays : France

Année : 2019

Durée : 1h20

Date de sortie en France : 4 septembre 2019

Réalisateur : Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec

Scénario : : Zabou Breitmand'après le roman de Yasmina Khadra

Musique : Alexis Rault

Avec : avec les voix de Simon Abkarian, Zita Hanrot, Swann Arlaud...

Prix / distinctions : Valois de diamant du meilleur film et Valois de la meilleure musique à Alexis Rault, Angoulême 2019

Fiche
bobine

EN SORTIE NATIONALE

Eté 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Moshen et Zanaira sont jeunes et s’aiment profondément , dans un pays où l’application de la charia restreint drastiquement les libertés publiques et où les femmes sont lapidées en pleine rue . En dépit de la guerre et de la misère, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Moshen fera basculer leurs vies. Le film, réalisé par Zabou Breitman, en collaboration avec Eléa Gobbé-Mévellec, dessinatrice d’animation, est adapté du roman éponyme de l’écrivain algérien Yasmina Khadra ( nom de plume de Mohamed Moulessehoul ). En choisissant de tourner cette adaptation en animation plutôt qu’en prises de vues réelles, les réalisatrices ont opté pour le contraste et la douceur. Les tons pastels et les traits épurés viennent en effet contredire la barbarie du sujet. Elles ne cherchent pas à convaincre : la réalité, connue, du régime des talibans n’est que la sinistre toile de fond d’une histoire digne des plus grandes tragédies où certaines trajectoires se heurtent au mur de l’obscurantisme.

L’astuce de représenter les comédiens de manière très reconnaissable est bien venue. Le jeu des acteurs : Simon Abkarian , dans le rôle d’Atiq , Hiam Abbass, mais aussi Zita Hanrot ( révélée dans Fatima de Philippe Faucon) et Swann Arlaud (Petit paysan), est remarquable . Les comédiens dessinent tour à tour l’inquiétude, le désarroi, la perte de repères ou l’espoir. Zabou Breitman a dirigé tous les acteurs dans un studio de son où ils ont joué le film, sans texte à la main, l’animation se calquant sur leurs performances. le résultat est vibrant d’incarnation.
Un film aussi bouleversant que le livre qui l’a inspiré et qui dépeint de façon dramatique l’amour au pays de l’aveuglement à travers l’histoire de Mohsen et Zunaira.

Une oeuvre puissante, aussi belle esthétiquement que touchante dans son récit.

Sources : Le Monde, France Info 16 mai 2019.

Regarder la
bande-annonce