Factory

jeudi 14 novembre 2019

19:00 et 21:00

Résumé : Réagissant à la vente frauduleuse de leur usine, plusieurs ouvriers décident d’enlever l’oligarque propriétaire des lieux. Ils sont menés par “Le Gris”, un ancien des forces armées. L’enlèvement tourne à la prise d’otage, et, rapidement, la garde personnelle du patron encercle les lieux. Bykov confirme son impressionnante maîtrise formelle et son talent de scénariste pour livrer un portrait violent et tragique de son pays.

Année : 2019

Durée : 1h49

Version : VOST

Titre original : Zavod

Date de sortie en France : 24 juillet 2019

Réalisateur : Yuriy Bykov

Scénario : Yuriy Bykov

Image : Vladimir Ushakov

Musique : Anna Drubich

Avec : Sergey Sosnovskiy, Denis Shvedov, Aleksandr Bukharov...


Fiche
bobine

La direction d’une petite usine de façonnage métallique vient annoncer aux ouvriers la fin imminente de la production : « On termine le mois et on arrête, c’est comme ça ». Certains semblent pouvoir se résigner alors que d’autres, conduits par un colosse nommé Le Gris, refusent de se soumettre et séquestrent le patron…
Le film frappe d’emblée par la volonté du réalisateur de nous plonger dans un univers de grisaille : grise la campagne qui entoure cette usine plantée au milieu de nulle part, grise cette usine où seule la couleur des casques se détache du décor. S’y ajoute la sensation d’enfermement : enfermement dans ce milieu clos de l’usine où l’homme doit trouver sa place entre convoyeurs à bande, palans des ponts roulants et emboutisseuses ; enfermement des ouvriers dans une démarche qui risque d’être suicidaire ; enfermement des patrons dans la logique du profit au nom duquel tout est permis.
Découvert lors du dernier festival du film policier de Beaune, Factory tient davantage du thriller que du polar avec l’enlèvement et la prise d’otage au centre de l’intrigue. Le spectateur est constamment sur le qui-vive et le “héros”; cherche à entraver les plans de son ennemi. S’agissant ici d’un ennemi de classe, le film prend une dimension sociale et donne à chacun des personnages une épaisseur qui le range dans un camp ou dans l’autre. La vision est-elle pour autant manichéenne ?
Pas sûr puisque se révèlent, dans chacun des groupes, des dissensions entre les protagonistes. Plus nette est la métaphore qui permet de voir dans cette usine assiégée et à bout de souffle, l’image d’une Russie elle aussi usée et prise en otage par son oligarchie.
Cette double lecture et les interrogations sur les formes de violence dans les relations humaines, le travail du chef opérateur sur les cadrages et la lumière ainsi que l’envolée de certaines séquences (entrée des ouvriers dans l’usine qui trouvera son écho à la fin du film, mise en marche des machines, face à face rugueux entre protagonistes…) donnent à ce film une force qui permet de revisiter le genre.

Texte : Jean-Luc – La bobine – Avril 2019

Regarder la
bande-annonce