ASSOCIATION CHALONNAISE POUR LE CINEMA

Lilian

lundi 23 mars 2020

19:00 et 21:10

Résumé : Lillian, échouée à New-York, décide de rentrer à pied dans sa Russie natale. Seule et déterminée, elle entame un long voyage à travers l’Amérique profonde pour tenter d’atteindre l’Alaska et traverser le détroit de Béring…

Pays : Autriche

Année : 2019

Durée : 2h08

Version : VOST

Date de sortie en France : 11 décembre 2019

Réalisateur : Andreas Horvath

Scénario : Andreas Horvath

Image : Andreas Horvath

Avec : Patrycja Planik

Prix / distinctions : Meilleur film, Minsk 2019


Fiche
bobine

Lillian, échouée à New-York, récusée par l’industrie du film pornographique au motif que ses papiers ne sont pas en règle, décide de rentrer à pied dans sa Russie natale. Elle entreprend ce long voyage de huit mille kilomètres à travers l’Amérique du Nord, pour gagner le détroit de Behring séparant l’Alaska de la Sibérie. Cette errance croise la faim, la solitude, la peur et nous offre un instantané de l’Amérique profonde, montre ses vrais habitants, leurs préoccupations improbables, leur indifférence souvent, leurs timides mains tendues parfois. Voyage sans parole : Lillian ne prononce pas le moindre mot, laisse le verbe à d’autres et les vaines annonces à la radio. Ses silences sont éloquents.
Ce road movie atypique couvre une période de neuf mois qui voit se succéder le soleil et la grêle, les montagnes et les cours d’eau, tandis que Lillian poursuit sa lente dérive, jusqu’à l’effacement, dans la diversité et l’immensité sublime des paysages nord-américains. Les scènes s’enchaînent avec sobriété et poésie, soulignant le drame humain infiniment petit qui se joue dans ces espaces infiniment grands. Lillian incarne la fuite de la civilisation, la débrouille pour survivre, la liberté sauvage.
Lillian s’inspire de la véritable histoire de Lillian Alling qui entreprit à pied en 1927 une migration inversée à travers l’Amérique, de New-York à la Sibérie, et qui tenta de franchir le détroit de Behring. Ce premier long métrage de fiction du documentariste autrichien Andreas Horwarth relate une expérience de dénuement extrême à travers la nature opulente et la dureté sociale des Etats-Unis. Le film est servi par la grâce sauvage de Patrycja Planik, actrice non professionnelle. Cette photographe et danseuse polonaise incarne avec justesse la précarité de son personnage.

 

Source : Dossier de presse

Regarder la
bande-annonce