A Dark-Dark Man

mardi 1 juin 2021

11:00

Adhérents : 5,20€

Non adhérents : Tarifs en vigueur

Résumé : Bekzat est un jeune policier qui connait déjà toutes les ficelles de la corruption des steppes kazakhes. Chargé d’étouffer une nouvelle affaire d’agressions mortelles sur des petits garçons, il est gêné par l’intervention d’une journaliste pugnace et déterminée. Les certitudes du cow-boy des steppes vacillent.

Pays : Kazakhstan

Année : 2020

Durée : 1h40

Version : VOST

Date de sortie en France : 14 octobre 2020

Réalisateur : Adilkhan Yerzhanov

Scénario : Adilkhan Yerzhanov et Roelof Jan Minneboo

Image : Aydar Sharipov

Musique : Galymzhan Moldanazar

Avec : Daniar Alshinov, Dinara Baktybaeva, Teoman Khos ...

Prix / distinctions : Prix des exploitants, Vesoul 2020


Fiche
bobine

Dans une contrée perdue du Kazakhstan, Bekzat est un policier encore jeune mais déjà blasé. Il est vrai qu’il est rompu à toutes les malversations : falsification de preuves, tabassage de témoins, extorsions d’aveux, prises illicites d’intérêts, tout cela pour complaire aux filières mafieuses qui gangrènent ce territoire reculé. Alors qu’on lui demande de couvrir un meurtre d’enfant en liquidant un simple d’esprit qui se trouvait là par hasard, débarque de la ville, une journaliste envoyée en mission d’observation …
Du “cinéma-chaos frappé” comme on les aime. Après une carrière peu visible depuis La tendre indifférence du monde en long métrage dans lequel il organise ses souvenirs d’enfance avec une réflexion sur la loi et l’ordre.
Ce film mû par un sentiment de révolte mais habité par la grâce a quelque chose d’émouvant. Le cinéaste ruine avec constance le roman patriotique d’une jeune république d’Asie Centrale et souligne, en perspective, l’histoire d’un pays qui n’a jamais servi d’autres intérêts que ceux d’un puissant état étranger : l’ Empire Russe devenu l’U.R.S.S et enfin la Fédération de Russie de Vladimir Poutine.
Ce western social, filmé au milieu de nulle part dans les plaines arides du Kazakhstan, confirme le très grand talent de son réalisateur. On retrouve la même intelligence du cadrage que dans La tendre indifférence du monde, la même jubilation à “faire du cinéma”.
A Dark, Dark Man hisse Adilkhan Yerzhanov au rang descinéastes les plus originaux du moment pour le plus grand plaisir des spectateurs.

 

Sources : Le Monde, 14 octobre 2020. Les Cahiers du Cinéma, octobre 2020.

 

Regarder la
bande-annonce